Archives de catégorie : Division 1

DIVISION 1

Recrues 2021 : Interview de Shane Priest

Shane Priest, lanceur américain de 25 ans, rejoint les Templiers en 2021. Il se confie quelques heures après son arrivée en France.

Shane, tu vas rejoindre Sénart en tant que lanceur partant pour la saison 2021. Pourquoi avoir choisi les Templiers ?

Quand je dois choisir une nouvelle équipe, il y a trois critères que je regarde avec attention. D’abord, je cherche une équipe qui a l’habitude de gagner et de performer au plus haut niveau. C’est primordial à mes yeux parce que je veux continuer à progresser en tant que joueur. Le fait
d’être entouré de bons coéquipiers et d’un bon staff m’aidera à élever mon niveau. Ensuite, je tiens à faire partie d’une équipe qui a un bon état d’esprit, qui est déterminé à gagner et qui a la volonté d’aider son équipe à s’améliorer tout au long de l’année. Enfin, je veux m’installer dans une ville où je peux me projeter sur le court terme mais aussi sur le long terme. Je n’ai pas mis beaucoup de temps à réaliser que le club des Templiers avait la capacité à répondre à mes trois critères de sélection. Même si j’ai échangé uniquement à distance avec l’encadrement et
les joueurs, j’ai déjà ressenti que Sénart est tout simplement l’équipe que je recherche et je suis impatient d’y être cette saison.

Etais-tu en contact avec d’autres clubs ?

Oui, j’ai été en contact avec plusieurs équipes, en particulier en Allemagne. Honnêtement, je pensais que j’allais finir par signer là-bas, étant donné que je parle un peu allemand et que j’y ai évolué par le passé. Mais je suis heureux de faire de Sénart ma nouvelle maison pour 2021 et j’ai hâte de débuter cette nouvelle expérience.

Est-ce que tu peux expliquer ton parcours aux Etats-Unis ?

Le baseball a été une grande partie de ma vie. Je pratique ce sport depuis que j’ai 4 ans et je n’ai jamais arrêté depuis. Durant ma carrière de joueur, j’ai eu l’opportunité de jouer avec certains des meilleurs joueurs, entraineurs et équipes des Etats-Unis. En high school, je faisais
partie de l’équipe des Nashville Knights, qui a terminé numéro 1 du pays en 18U au cours de l’année 2014. J’ai ensuite évolué au Calhoun Community College puis à l’Université de North Alabama. A l’issue de ma dernière saison, j’ai eu la chance de figurer dans la liste des meilleurs joueurs de la conférence et d’’être drafté. Mais deux opérations du bras m’ont contraint à prolonger ma carrière à l’étranger. Et cette expérience s’est révélée absolument extraordinaire. Si bien que je ne changerais rien à mon parcours. J’ai fait deux saisons, une première en Allemagne et une deuxième en Australie, avant d’être au repos forcé à cause de la pandémie de Covid-19. Je n’ai qu’une envie : retrouver le terrain et commencer ma deuxième saison européenne avec les Templiers de Sénart.

Comment s’est présenté l’opportunité de joueur en Allemagne et en Australie après ta carrière en université ?

Pour être honnête, je ne savais pas qu’un baseball d’aussi bonne qualité se jouait en Europe et en Australie. Une équipe allemande est entrée en contact avec moi car il connaissait quelqu’un à l’Université de North Alabama, où j’étudiais. Quand j’ai appris que j’allais subir une opération chirurgicale, l’Allemagne semblait être le bon endroit pour reprendre la compétition. Et suite à ma bonne saison à Cologne, certains équipes australiennes se sont intéressées à moi et elles m’ont contacté pour me proposer de les rejoindre. Désormais, avec deux saisons satisfaisantes
à l’étranger, de plus en plus de clubs se rapprochent de moi pour me faire des offres.

Est-ce que tu pourrais résumer ton expérience dans ces deux pays ?

J’ai eu des expériences très plaisantes et uniques dans ces deux pays. En Allemagne, j’ai vécu ma première saison à l’étranger donc j’ai vraiment découvert le baseball international. Après mes années de baseball universitaire, où nous avons un planning très rigoureux entre les
séances de musculation le matin, les séances de courses l’après-midi et les entrainements de fin de journée, il y a eu un vrai changement. Le programme était plus léger. Cela n’empêche pas les joueurs allemands d’être aussi investis que les joueurs universitaires. Mais ils doivent trouver un équilibre entre leur vie de famille et un travail à plein temps, tout en maintenant un haut niveau de performance sur le terrain. En dehors du baseball, l’Allemagne possède une culture captivante et j’ai vraiment adoré. Pour essayer d’apprendre la langue, j’ai souvent passé
du temps dans les commerces pour parler avec des locaux et améliorer mon niveau en allemand. J’ai ensuite pris l’avion pour l’Australie. En revenant dans un pays anglophone, je n’ai pas eu à faire face à la barrière de la langue. Mais il y a de vraies spécificités culturelles auxquelles je
n’avais jamais été confrontées. Je m’enrichis de nouvelles cultures donc j’adore me retrouver en immersion dans un nouveau pays. En dehors du baseball, j’ai eu pu mettre à profit mon diplôme en travaillant dans le domaine de la finance. J’ai été pas mal occupé pendant cette période mais ce n’était pas totalement nouveau pour moi. Le baseball est joué à un très haut niveau en Australie. J’ai vraiment été surpris par le nombre de joueurs talentueux que l’on pouvait voir dans la ville où je vivais, Adélaïde. Et ce qui a aussi été amusant en Australie, c’est ce que j’ai retrouvé des joueurs que j’avais déjà affrontés en Allemagne.

Qu’est-ce que tu as fait pendant le printemps et l’été 2020 ? Est-ce que tu as joué ?

2020 a été très différent des années précédentes. J’ai terminé ma saison en Australie au début de l’année 2020 puis j’ai signé pour les Alligators de Solingen, en Bundesliga. Mais en raison du Covid-19, je n’ai pas voyagé en Allemagne. En juin dernier, je suis donc retourné en Floride, où je vis, et j’ai commencé à préparer la prochaine saison européenne.

Comment t’es-tu préparé pour cette saison ? Est-ce que la crise sanitaire a été contraignante ?

L’avantage de la Floride, c’est que nous avons eu peu de contraintes liées au Covid. J’ai donc pu m’entrainer et lancer autant que je le souhaitais pour rester en bonne forme. Dans cet Etat, la plupart des gens ont pu continuer leur vie normalement. Toutes les salles de musculation et les enceintes de baseball sont restées ouvertes, donc j’ai pu suivre mon programme habituel. En France, je devrais être dans la meilleure forme de ma vie et j’ai vraiment hâte de tirer les bénéfices de cette préparation pendant la saison.

En plus de ton rôle au sein de l’équipe de Division 1, tu vas travailler pour la Senart Baseball Academy en tant que pitching coach. Comment envisages-tu ton rôle auprès des jeunes joueurs de la SBA ?

Je suis heureux de venir à Sénart en tant que joueur mais je suis aussi très heureux d’aider la Senart Baseball Academy comme coach. Sénart s’est imposé comme une place forte du baseball, pas uniquement en France mais à travers l’Europe. Je suis ravi d’avoir l’opportunité de contribuer à faire grandir le club et à pousser les joueurs de la SBA. Cette structure est un pilier du baseball local et elle va incontestablement aider à développer le succès de l’organisation sur
le long terme. Je sais que la SBA forme des joueurs de tous âges. Avec les plus jeunes athlètes, je souhaite leur transmettre l’amour de ce sport and les aider à construire les fondations dont ils pourront se servir tout au long de leur longue et prolifique carrière. Avec les plus anciens, j’espère apporter les méthodes d’entrainement plus avancées que j’ai découvertes en université ou au niveau professionnel. Le but est de leur permettre d’atteindre les objectifs sportifs qu’ils se sont fixés.

Né le 17 Juin 1995 en Californie (Etats-Unis)
Taille : 1m80
Poids : 78kg
Poste : lanceur
Au lancer / À la frappe : droitier / droitier
Clubs précédents : Indian Rock Christian High School (2014-2015), Calhoun Community College (2016), North Alabama (2017-2018), Cologne Cardinals (2019), Henley & Grange Rams (2019-2020)

Le mot du manager

« Shane fait partie de notre short-list depuis presque deux ans. Nous le suivons depuis ses débuts en Europe, en 2019. Il a fait l’unanimité partout où il est passé, que ce soit en NCAA D1, en Allemagne ou en Australie. Il a convaincu autant par son impact sur les résultats de l’équipe que par sa personnalité. Nous avons pu nous rendre compte que son approche du poste correspond à nos attentes. L’avoir dans notre rotation est une vraie satisfaction pour le Club car il a été très sollicité pendant l’intersaison. » – Matthieu Brelle-Andrade

Recrues 2021 : Interview d’Anthony Buonaiuto

Anthony Buonaiuto rejoint les Templiers pour la saison 2021. L’italo-canadien est un joueur polyvalent, capable d’évoluer aussi bien en infield qu’en outfield.

Anthony, tu as déjà évolué en Europe mais peu de personnes te connaisse en France pour le moment. Quel type de joueur es-tu ?

Avant tout, je pratique le baseball avec passion, détermination et énergie. Je n’hésite pas à me jeter pour faire un jeu, en particulier quand il y a une certaine pression sur la rencontre. Mon objectif est d’être le meilleur pour l’équipe, d’aider mes coéquipiers quand ils sont en difficulté ou de les féliciter quand ils réussissent. En dehors des terrains, je suis plutôt quelqu’un d’ouvert qui aime faire connaissance avec de nouvelles personnes et essayer de nouvelles choses.

La polyvalence est l’un de tes points forts. Pourrais-tu nous dire à quels postes tu peux évoluer et comment tu as réussi à développer cet atout ?

Ma position préférentielle est champ centre mais j’essaie de m’appuyer sur mes qualités athlétiques et ma connaissance du jeu pour occuper d’autres positions. Je peux évoluer partout dans le champ intérieur et dans le champ extérieur. Pour être polyvalent, il faut travailler continuellement et méticuleusement tous les aspects du baseball. Cela signifie faire des exercices supplémentaires pendant les jours de repos, comme rattraper des roulants ou lancer un bullpen. A titre individuel, j’essaie de m’améliorer encore et toujours pour être le plus complet possible.

Est-ce que tu peux revenir sur ton expérience au Canada et aux Etats-Unis ?

J’ai eu la chance d’évoluer à haut niveau dans différents endroits au Canada et aux Etats-Unis pendant les 15 dernières années. En catégorie junior, j’ai évolué pour l’équipe nationale canadienne. J’ai aussi joué en Division 1 de Junior College pendant deux ans, à Southern Illinois. Actuellement, je suis en 3ème année de collège au Canada au sein de l’équipe des George Brown Huskies, où je suis capitaine et référent pour les nouveaux joueurs qui intègrent le programme. Au cours de ces années, j’ai eu pour coéquipiers et adversaires de nombreux joueurs professionnels ou internationaux.

Comment se sont passées tes expériences en Allemagne et en Italie ? Pourquoi avoir choisi d’évoluer en Europe ?

J’ai choisi de continuer ma carrière à l’étranger tout simplement parce que j’aime voyager et m’imprégner de nouvelles cultures. Je suis vraiment passionné de baseball et je ne pouvais pas m’imaginer arrêter de jouer. Mon séjour en Allemagne a été une vraie découverte, il s’agissait de mon premier déplacement en Europe. Je suis rapidement tombé amoureux de leur façon de vivre. L’expérience en Italie a été un vrai succès. Je faisais partie d’une équipe localisée en Sardaigne, qui m’a accueilli comme un membre de la famille. Je me suis senti très bien là-bas. Au cours de ces deux saisons, j’ai réussi de bonnes performances qui m’ont valu d’être appelé à jouer avec la sélection Nord-Américaine au World Port Tournament 2019, à Amsterdam.

Quelles sont les raisons qui t’ont poussées à rejoindre les Templiers ?

J’ai privilégié Sénart pour poursuivre ma carrière au regard de leur régularité au plus haut niveau européen et du professionnalisme de l’organisation. Lorsque le club m’a présenté l’organisation, j’ai été bluffé par le niveau de détails et la qualité des installations. J’ai aussi pris le temps d’échanger avec un ancien joueur des Templiers, Jimmy Jensen. Il n’a dit que des bonnes choses sur le club et son fonctionnement.

Né le 5 juin 1993 à Toronto (Canada)
Taille : 1m91
Poids : 102 kg
Au lancer / À la frappe : droitier / gaucher
Position : utility player
Clubs précédents : Team Ontario (2009-2011), East York Baseball (2012-2015), Southeastern Illinois College (2013-2014), Niagara County Community College (2015-2016), East York Baseball (2017), Hambourg (2018), ASD Catalana (2019)

Le mot du coach 

« Pour l’équilibre de notre roster, nous avions ciblé le recrutement d’un joueur polyvalent. Anthony remplira parfaitement ce rôle tant il a montré, au cours de son parcours, sa capacité à occuper plusieurs postes sur le terrain. En fonction des besoins de l’équipe, il pourra jouer dans l’infield, dans l’outfield ou comme lanceur. Au-delà de ses aptitudes techniques, Anthony a également l’avantage de disposer de la nationalité italienne. Son arrivée était déjà entérinée début 2020. La situation sanitaire aura retardé d’un an ses débuts dans le championnat français. » – Matthieu Brelle-Andrade

Recrues 2021 : Interview d’Andy Paz

Andy Paz est la troisième recrue des Templiers. Voici son interview.

Andy, c’est officiel, tu fais ton retour chez les Templiers après plusieurs saisons à l’étranger. Quels sont les éléments qui t’ont incité à prendre cette décision ?

Après quelques années dans des équipes étrangères, j’ai voulu rentrer à la maison en quelque sorte. Jouer en France va me permettre de passer plus de temps avec ma famille et mes proches. Sénart est un club au sein duquel j’ai déjà évolué et j’aime beaucoup la composition de l’équipe.

Quel regard portes-tu sur l’effectif sénartais pour 2021, et notamment sur les autres recrues ?

Je pense que les Templiers construisent une équipe solide qui peut aller très loin dans le championnat français et dans les compétitions européennes. Il y a beaucoup de talent et d’expérience dans l’effectif.

Ces dernières saisons, tu as été le receveur titulaire d’une des meilleures formations d’Europe, Bologne. Comment s’est passé ton séjour en Italie ?

J’ai beaucoup aimé ma saison en Italie, en 2019. J’ai apprécié la cohésion entre les joueurs de l’équipe, le respect pour le jeu et l’envie de gagner qui nous accompagnait à chacun de nos matchs. Les conditions étaient très bonnes, au niveau du terrain, du staff médical, du kiné, de la restauration, etc. Et j’ai eu la chance que ma famille puisse m’accompagner.

Tu es le seul joueur français à avoir évolué jusqu’en AA. Que retiens-tu de ton parcours aux Etats-Unis au sein de l’organisation des A’s ?

Je pourrais parler pendant toute une journée de tout ce que j’ai appris pendant mes années aux États-Unis. Si je devais retenir une seule chose aujourd’hui, je dirais que c’est le fait d’apprendre à se focaliser sur ce qui est contrôlable et pas le reste. Le baseball est un sport suffisamment dur et il faut réussir à se concentrer sur ce qu’on peut maitriser soi-même. Faire de bons at bats, courir fort à chaque fois ou anticiper chaque jeu, par exemple. On ne peut pas contrôler si on frappe un hit ou pas. En dehors du terrain, c’est la même chose. Les dirigeants des franchises montent et descendent les joueurs du jour au lendemain. La seule chose qu’on peut faire, c’est se présenter à chaque entraînement et à chaque match en étant prêt à se donner à 100%.

Avec le recul, qu’est-ce qui t’aurait permis d’aller encore plus haut ?

Je pense que si j’avais eu un meilleur timing, j’aurais pu aller plus loin. C’est juste après ma carrière avec les Athletics que j’ai commencé à frapper plus d’extra-base hits (NDRL : double, triple ou home run). Chez les Railcats, au sein de l’American Association, j’ai été un des meilleurs frappeurs de l’équipe en extra-base hits et en RBI. Si j’avais réalisé ce genre de performances 1 ou 2 ans plus tôt, je ne sais pas où ça m’aurait amené… peut-être plus haut encore.

Ton parcours est un exemple pour beaucoup de joueurs français. Quels seraient les conseils que tu donnerais à un jeune qui rêve de devenir professionnel ?

Mon principal conseil pour les jeunes joueurs, c’est de bien se préparer. Comme je l’ai dit précédemment, on ne sait pas quand l’opportunité arrivera. On ne peut pas le contrôler. Par conséquent, le plus important, à mon avis, est d’être prêt le jour où l’opportunité se présente. Et comme on ne sait pas quel jour cela tombera, ça signifie qu’il faut être à 100 %
chaque jour. Et je dirais qu’il faut aussi croire en son rêve tout le temps et rester positif.

Est-ce que tu avais des modèles, des joueurs qui t’ont inspiré dans ta jeunesse ?

Quand j’étais enfant, j’aimais beaucoup Ariel Pestano, un des catchers de l’équipe nationale de Cuba. Ensuite, quand j’ai connu la MLB, je regardais plus attentivement les prestations d’Ivan Rodriguez, de Yadier Molina et de Salvador Perez.

Né le 5 Janvier 1993 à La Havane (Cuba)
Taille : 1m77
Poids : 77kg
Poste : catcher
Au lancer/À la frappe : droitier / droitier
Clubs précédents : Toulouse (2007-2012), Oakland Athletics (2011-2017), Sénart (2012-2015), Tigres del Chinendega – Nicaragua (2017), Paris UC (2018), Gary Southshore Railcats – USA (2018), Toulouse (2019), County Miners – USA (2019), Bologne (2019)

Le mot du manager

« Le club est vraiment fier d’accueillir à nouveau Andy en 2021. Depuis son expérience chez les Athletics, ce sera sa première saison complète dans le championnat français. On est très heureux qu’il ait choisi de la faire avec le maillot des Templiers. C’est une chance pour notre équipe. Il est le numéro 1 à son poste défensif en France et son bâton renforcera incontestablement notre line-up. Par son vécu chez les professionnels et sa personnalité, Andy sera aussi un modèle pour les jeunes joueurs de l’effectif. » – Matthieu Brelle-Andrade

Propos recueillis par templiers-senart.com
Crédit photo – Glenn Gervot

Recrues 2021 : Interview d’Oliver Van Der Wijst

Oliver Van Der Wijst est la deuxième recrue des Templiers en vue de la saison 2021. Voici son interview.

Pourquoi avoir choisi Sénart pour la suite de ta carrière ?

J’ai décidé de rejoindre les Templiers parce que je pense que nous avons toutes les qualités pour remporter les différentes compétitions auxquelles nous allons participer. Je veux contribuer autant que possible pour atteindre cet objectif.

Le public français ne te connaît pas encore. Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Pendant toute ma carrière de joueur de baseball, j’ai évolué au poste de deuxième base, de troisième base et de short stop. C’est à cette position que je prends le plus de plaisir et que je peux utiliser mon bras. Je joue avec beaucoup d’engagement. J’aime utiliser ma vitesse sur la base. Au
niveau du bâton, je suis plutôt un frappeur de contact, mais avec un peu de puissance, comme je le dis toujours (sourire).

Quelles sont les grandes lignes de ton parcours de joueur ?

J’ai eu la chance de jouer au niveau professionnel pour les Astros de Houston (MLB). J’ai aussi évolué au sein de la Dutch Major League (première division néerlandaise) et dans l’Italian League (première division italienne). C’est à Nettuno que j’ai rencontré Ariel Soriano. Nous sommes devenus amis et je suis très heureux de jouer à nouveau avec lui à Sénart.

Est-ce que tu peux revenir sur ce passage en Italie ?

Ce fut une super expérience. Toutes les personnes que j’ai croisées ont été très accueillantes. Nous avons fait une très belle saison, avec notamment une victoire en coupe. J’en garde un très bon souvenir.

Qu’est-ce que tu attends de cette saison avec tes nouveaux coéquipiers ?

Je suis une personne qui aime partager et s’amuser au sein d’une équipe. Mais je sais être sérieux quand cela est nécessaire. Avec cet état d’esprit, j’espère que nous allons tous ensemble gagner le championnat.

Connais-tu le baseball en France ?

Je n’ai jamais eu l’occasion de jouer contre une équipe française, que ce soit en club ou en sélection. Cela va être une vraie découverte pour moi et un nouveau défi. Je suis impatient de commencer !

Tu as porté les couleurs de l’équipe nationale des Pays-Bas et gagner le championnat d’Europe. Que représente le fait de jouer pour ton pays ?

C’est un sentiment unique. J’ai adoré défendre le maillot « Oranje ». L’objectif était de ramener le trophée à la maison et nous avons pu compter sur un collectif très soudé pour y parvenir. Nous n’étions pas juste un groupe de joueurs mais un groupe d’amis prêts à donner le maximum pour gagner pour leur pays.

Né le 23 février 1998 à Monte Plata (République Dominicaine)
Taille : 1m77
Poids : 72kg
Poste : infielder
Au lancer / À la frappe : droitier / ambidextre
Clubs précédents : Amsterdam (2014-2015), Kinheim (2016), Hoofddorp (2017), Houston Astros (2017-2018), Hoofddorp (2018), Bussum (2019), Nettuno (2020)

Le mot du manager

« Oliver, c’est le genre de profil recherché par de nombreuses équipes. Un infielder européen athlétique et polyvalent qui sera un atout précieux en attaque comme en défense. Malgré son jeune âge, il a déjà acquis beaucoup d’expérience en Italie, en République Dominicaine et bien sûr aux Pays-Bas, où il a fait preuve d’une grande précocité en débutant au plus haut niveau à l’âge de 14 ans avec les Pirates d’Amsterdam. Nous sommes très heureux de le voir intégrer notre équipe. » – Matthieu Brelle-Andrade

Propos recueillis par templiers-senart.com

Recrues 2021 : Interview de Ariel Soriano

Première recrue du club pour la prochaine saison de Division 1, Ariel Soriano nous accorde une interview.

Ariel, tu as décidé de rejoindre les Templiers pour la saison 2021. Qu’est-ce qui a motivé ton choix ?

J’ai choisi de signer à Sénart pour plusieurs raisons. C’est surtout le professionnalisme du club qui a fait la différence et l’organisation mise en place autour de l’équipe de Division 1.

Les Templiers auront encore beaucoup d’ambitions la saison prochaine. Que penses-tu pouvoir apporter à cette équipe ?

Je vais m’attacher à apporter toute l’expérience accumulée au fur et à mesure des années passées sur les terrains. J’espère être le plus utile possible à l’équipe et je compte l’aider à atteindre ses objectifs de victoire.

Avec Alexander Perdomo et Felix Brown, vous allez former un infield très talentueux. Est-ce que tu es impatient de jouer à leurs côtés ?

Oui, Alex et Felix sont des joueurs extraordinaires. Je suis convaincu qu’avec eux nous allons avoir une défense solide. C’est pour moi un honneur d’évoluer en leur compagnie. Nous allons pouvoir apprendre les uns des autres.

On imagine que jouer la Coupe d’Europe devant ton public en juin sera un moment particulier pour toi…

Effectivement, ce sera encore une expérience enrichissante. Le meilleur moyen d’en faire quelque chose de mémorable pour nous tous, c’est de gagner la compétition. Nous aurons une belle équipe et nous avons les moyens d’y parvenir.

Est-ce que tu as un message à faire passer à tes futurs coéquipiers ?

Je veux tout d’abord passer à tous ceux qui ne me connaissent pas que je suis enchanté (rires). J’ai hâte de partager ma joie de jouer avec eux. Nous allons vivre de bons moments sur et en dehors du terrain. J’espère apprendre beaucoup à leurs côtés et j’espère être aussi efficace que possible pour l’équipe.

Tu as été drafté et tu as joué en professionnel aux Etats-Unis. Que peux-tu dire de cette expérience en Minor Leagues ?

Mon passage en Minor Leagues est quelque chose dont je me souviendrais toute ma vie. Ce vécu me suivra partout où j’irai. La pratique du baseball chez les professionnels m’a appris combien ce sport était à la fois beau et difficile. Mais par-dessus tout, j’ai surtout compris que le travail était plus fort que le talent.

Que retiens-tu de ton travail en tant que coach dans l’organisation des Rays de Tampa Bay ? Est-ce que tu aimes entraîner et envisages-tu de le refaire plus tard ?

Mon expérience de coach chez les Rays s’est très bien passée. J’ai accumulé beaucoup de connaissances. À commencer par la manière dont les équipes sont construites chez les pros. J’ai aussi compris pas mal de choses que je n’avais pas intégré dans la peau d’un joueur. Je projette de coacher à nouveau dans le futur, c’est sûr. Au-delà de jouer au baseball, j’adore transmettre et enseigner.

Quel a été ton sentiment quand tu as appris que la WBC était annulée au printemps dernier et que tu n’allais pas pouvoir faire tes débuts avec les Bleus ?

J’ai vraiment été triste. Nous sommes arrivés en Arizona plusieurs semaines avant pour nous préparer. Tout se passait très bien. Nous avions une très bonne équipe, capable de rivaliser avec n’importe qui. Dieu seul sait pourquoi les choses arrivent.

La saison passée, tu as disputé le championnat italien. Est-ce que tu peux nous parler de cette expérience ?

Depuis que je suis arrivé en Europe, j’ai toujours eu pour ambition de jouer en Italie. Et je remercie Nettuno de m’avoir donné cette opportunité en 2020. Ça a été une expérience incroyable, d’autant que nous avons été champions et que j’ai réussi à un peu contribuer à cette victoire. Cette année en Italie a été très spéciale pour moi.

Né le 24 novembre 1991 à La Romana (Rép. Dominicaine)
Taille : 1m82
Poids : 72kg
Poste : infielder
Au lancer / À la frappe : droitier / droitier
Clubs précédents : La Romana (jusqu’à 2009), Tampa Bay Rays (2009-2015), La Rochelle (2018), Rouen (2019), Nettuno (2020)

Le mot du manager

« Accueillir Ariel, c’est une vraie satisfaction et une illustration de notre ambition pour 2021. Nous sommes en contact avec lui depuis plusieurs années maintenant, nous sommes forcément heureux d’avoir réussi à concrétiser son arrivée. Il sera un élément clé de notre effectif, par ses qualités techniques mais aussi son excellent état d’esprit. Tout le monde au club est impatient de le voir évoluer avec le maillot des Templiers, en particulier ses nouveaux coéquipiers. » – Matthieu Brelle-Andrade

Propos recueillis par templiers-senart.com
Crédit photo – Glenn Gervot

Recrues 2020 : Interview de Jimmy Hill

L’américain Jimmy Hill intègre l’équipe première des Templiers pour la saison 2020. Voici son interview.

Est-ce que tu peux en dire plus sur ta personnalité sur et en dehors du terrain ?

Je pratique le baseball comme j’aborde ma vie en dehors du terrain, avec confiance et sérénité. Sur le terrain, je joue avec la combativité plutôt ancienne école et l’enthousiasme nouvelle génération. J’aime entendre les battes qui claquent, faire des slides énergiques et rigoler avec mes coéquipiers.

Tu peux évoluer à plusieurs positions sur le terrain. Quelles sont ces postes et comment as-tu développé ta polyvalence ?

Je viens en France en tant qu’utility player, avec la capacité de jouer dans l’outfield, comme catcher et en infield. Le fait de pratiquer plusieurs sports pendant ma jeunesse m’a incontestablement aidé à être plus polyvalent. J’ai été quarterback et linebacker en football américain avant d’être un catcher et outfielder en baseball universitaire. Je pense que cette expérience et mon engagement m’ont permis de devenir plus athlétique et plus complet.

Pourrais-tu nous en dire plus sur tes débuts en université ?

Avoir la possibilité de jouer au baseball au niveau universitaire a été une expérience extraordinaire. J’ai débuté en community college où j’ai obtenu les récompenses de All-American et meilleur joueur de la conférence. A l’époque, j’endossais le rôle de catcher et de frappeur. Nous avons remporté le titre de la conférence en battant deux des cinq meilleures équipes de Californie.

Ces performances t’ont-elles ouvert les portes de la Division 1 NCAA ?

Oui, j’ai reçu une bourse pour intégrer l’université Loyola Marymount, à Los Angeles. J’ai eu la chance de voyager à travers le pays et de profiter d’un cursus universitaire de haut niveau. Pendant mon passage, nous avons remporté la conférence pour la première fois depuis 17 saisons. A titre personnel, j’ai été aligné dans l’outfield et j’ai été le leader de l’équipe dans plusieurs catégories de statistiques offensives.

Aux Etats-Unis, tu gères un centre d’entraînement pour jeunes joueurs pendant la trêve hivernale. Comment cela fonctionne ?

Nous faisons de notre mieux pour proposer aux jeunes joueurs de baseball un endroit où ils peuvent développer leur talent. Nous avons développé une structure dont les jeunes peuvent bénéficier 7 jours sur 7 pour travailler les différents aspects du jeu comme la frappe, la préparation physique, l’analyse vidéo, l’agilité ou encore le renforcement du bras. Nous proposons volontairement un programme différent qui prépare nos athlètes sur le long terme.

Pourquoi avoir choisi les Templiers de Sénart pour poursuivre votre carrière de joueur ?

Choisir les Templiers a été très simple pour moi. Les valeurs du club correspondent parfaitement aux miennes. C’est une organisation compétitive, avec une culture de la victoire sur de nombreuses années et avec une volonté de proposer une expérience épanouissante pour ses joueurs. Je suis impatient de rejoindre l’équipe et de l’aider à gagner.

Que connais-tu de la France et du baseball dans notre pays ?

A vrai dire, je ne connais pas grand chose sur la France et sur le baseball français. Mais c’est ce qui est le plus excitant. J’ai envie d’apprendre et de grandir à travers ce genre d’expériences.

Quelles sont tes attentes pour cette saison ?

J’espère gagner. Je m’attends à partager mes connaissances et mon expérience. Je m’attends à tisser des liens qui vont au-delà du baseball. Je m’attends à un groupe de gars déterminés à s’épauler et à mettre l’équipe au-dessus de tout.

Poste : outfielder / receveur
Né le 28 novembre 1995, en Californie
Nationalité : Américaine
Taille : 1m80
Poids : 86kg
Université : Loyola Marymount

Le mot du manager

« Le profil de Jimmy a rapidement retenu notre attention. Il a été un leader technique et charismatique dans les équipes où il a évoluées, y compris dans l’une des meilleures ligues universitaires du pays. Nous sommes attachés à ce type de joueurs, ceux qui donnent une âme à leur équipe et qui guide les plus jeunes dans leur développement. C’est en plus un joueur très athlétique, une qualité qu’il a notamment acquise en pratiquant plusieurs sports à haut niveau. Sa polyvalence sera un atout indéniable qui nous permettra de bénéficier de nombreuses options en défense. » – Matthieu Brelle-Andrade

Propos recueillis par templiers-senart.com

Recrues 2020 : Interview de Léo Cespedes

Après un premier passage à Sénart, le lanceur franco-cubain Léo Cespedes est de retour dans le club francilien.
 
Quatre ans après, tu vas de nouveau enfiler le maillot des Templiers. Comment s’est concrétisé ton retour ?
 
Cela fait quelques années que je n’ai pas arrêté de voyager en cherchant et profitant des opportunités vis-à-vis du baseball et je pense que je suis arrivé à un âge où je ressens l’envie aussi de créer quelque chose pour assurer mon avenir et celui de ma famille. Et avec Sénart, j’ai trouvé un compromis qui me permet de continuer à jouer au baseball à un bon niveau et d’avancer dans mes projets personnels en même temps.
 
Quel regard portes-tu sur l’équipe qui compte encore des joueurs avec qui tu as évolué lors de ton premier passage au club ?
 
C’est toujours un plaisir pour moi de rejouer avec des anciens coéquipiers et voir que la passion du sport continue. C’est un moment autant de partage que de compétition donc pour moi, il n’y a que du bon à prendre.
 
Que penses-tu apporter au sein de ce collectif ? Offensivement, défensivement mais aussi dans le dugout ?
 
À mon avis, mon plus grand apport sera mon experience autant dans le dugout que sur le terrain. Offensivement ou défensivement, j’essaye de donner toujours mon maximum sur le terrain. Le baseball est un sport assez difficile car même si on exécute tout parfaitement, on n’a jamais le contrôle du résultat donc faut juste faire de son mieux et espérer que tout tourne en notre faveur.
 
La saison s’annonce chargée pour les Templiers avec la Division 1, le Challenge et la Coupe d’Europe à la maison. Quels sont tes objectifs dans ces compétitions ?
 
Le seul objectif est de gagner match par match et de remporter toutes les competitions.
 
Après ton départ de Sénart, tu as beaucoup voyagé pour continuer ta progression. Quelles ont été tes destinations ?
 
En effet, je suis parti 1 an à Cuba où j’ai pu rejouer et tenter de jouer en professionnel et surtout passer du temps avec ma famille. J’ai vécu une superbe expérience même si je n’ai pas réussi mon objectif mais cela m’a permis de grandir et de connaître le quotidien des joueurs à Cuba. Ensuite, j’ai eu l’opportunité de partir en République Dominicaine où l’objectif était le même : chercher un contrat professionnel. Cela n’a pas abouti non plus mais 1 an d’expérience et d’amélioration pour ma part.
 
L’année dernière, tu as joué en Italie, dans l’un des deux meilleurs championnats en Europe. Est-ce que tu peux nous raconter cette expérience ?
 
 
Pour moi, le championnat d’Italie est le championnat le plus fort en Europe. Je n’ai pas pu beaucoup lancé dans la championnat à cause de leurs règles concernant les étrangers (à peine 8 manches) ; j’ai été plus utilisé comme frappeur et je n’ai pas eu les résultats espérés. Mais, je reste sur une bonne expérience et je sais que j’ai le niveau d’y retourner en tant que lanceur cette fois-ci et montrer de quoi je suis vraiment capable.
 
Tu vas partir en Arizona avec l’Equipe de France pour y disputer le WBC Qualifier. Comment abordes-tu la compétition à titre personnel ?
 
Je me suis entrainé tout l’hiver pour la compétition. J’ai l’expérience des deux éditions précédentes donc j’attaque la compétition avec le même mental et la même envie de gagner qu’il y a 4 ans.
 
Est-ce que la France a les moyens de créer la surprise et de se qualifier pour la WBC ?

À mon avis, on a l’Equipe de France la plus forte qu’on ait jamais pu rassembler. Beaucoup de joueurs avec de l’expérience professionnelle habitués aux compétitions internationales. Je pense donc qu’on a de grandes chances de se qualifier pour la World Baseball Classic et pouvoir montrer au monde qu’en France aussi, on sait jouer au baseball.

Poste : lanceur / outfielder
Né le 14 janvier 1994, à La Havane (Cuba)
Nationalités : Française, Cubaine
Taille : 1m81
Poids : 85kg
Université : Broward College

Le mot du manager

 » Leonel est un joueur que tout le monde connaît. À 26 ans, il a déjà une très longue expérience en Division 1 et en Equipe de France. Il n’y a tout simplement pas de meilleur two-way player dans notre pays, ce qui le rend particulièrement précieux pour n’importe quelle équipe. Il possède une polyvalence rare qui lui permettra d’être un atout offensif, défensif et sur la butte. Depuis son départ, le lien n’a jamais été rompu et on gardait espoir de le revoir avec le maillot des Templiers. Cela se concrétise aujourd’hui. Nous sommes impatients de le voir à l’oeuvre, d’autant qu’il a effectué une très grosse préparation cet hiver.  » – Matthieu Brelle-Andrade

Propos recueillis par templiers-senart.com

Au top du baseball européen

Chaque année, le réputé site Mister-Baseball.com publie un classement des clubs européens. En 2019, les Templiers de Sénart figurent à la 16ème place ; le meilleur classement du club depuis 2014 (année du doublé Championnat/Challenge).

Ce classement se base sur la compétitivité du championnat et les performances des clubs.

Pour plus d’infos : https://www.mister-baseball.com/2019-final-standings-misterbaseball-european-top-50/

La CEB Cup à Sénart

Ce lundi, la Confédération Européenne de Baseball (CEB) a dévoilé son programme pour les compétitions 2020. On y apprend que l’organisation de la CEB Cup est attribuée aux Templiers de Sénart où cette coupe d’Europe se déroulera du 2 juin au 7 juin 2020.

Voici les équipes qualifiées : Dornbirn Indians (Autriche), Deurne Spartans (Belgique), BC Minsk (Biélorussie), Eagles Praha (République Tchèque), Sénart Templiers (France), Tenerife Marlins (Espagne), Therwil Flyers (Suisse) et Biotexcom-KNTU (Ukraine).

La France sera représentée par les Templiers, qui ont gagné leur place dans cette compétition en remportant le Challenge de France 2019 en mai dernier.