Archives de catégorie : Division 1

DIVISION 1

Il commence à se faire un prénom !

Crédit : Glenn Gervot

Emile porte un nom très connu dans le baseball hexagonal, Brelle, après Mario, Bruno, Matthieu, Julien, Pierre, Theo, il va falloir compter avec Emile !

Emile a fait sa première apparition sur le monticule en D1 le week-end dernier, face à Nice, et accroche son premier Win en D1 à son palmarès déjà bien fourni avec entre autres : champion de France aux interligues 12U en 2017, un titre de champion de France 15U en 2019, cette année, il est pré sélectionné pour participer au prochain regroupement en vue de la constitution de l’équipe de France 18U !

Emile pensionnaire de la SBA depuis 5 ans , aux cotés de Thomas Gras et Matheo Launay, eux aussi joueurs de la D1 de Senart !

Crédit : Glenn Gervot

Les stats d’Emile sur le match contre Nice :

BF 11
AB 9
R. 0
ER. 0
H 1
BB. 1
HP. 1
K. 4

Kindelan, nouveau manager des Templiers

Le club sénartais a décidé de nommer Orestes Kindelan, l’un des plus grands joueurs de l’histoire du baseball cubain, à la tête de l’équipe de Division 1. Après avoir été manager de Santiago et hitting coach de Cuba en World Baseball Classic, le « tambour-majeur » est désormais le nouveau patron de l’effectif des Templiers. 

C’est une nouvelle grande étape de l’histoire des Templiers. Après Rolando Merino, qui a remporté  le doublé Championnat-Challenge de France en 2014, une nouvelle légende du baseball cubain va prendre les commandes de l’équipe de D1.

Kindelan, qui succède à Matthieu Brelle-Andrade, manager sénartais au cours des trois dernières saisons, a répondu à nos questions quelques jours avant d’enfiler le maillot des Templiers pour la première fois.

Comment vous sentez-vous quelques jours avant de découvrir la France et de rencontrer les joueurs ?

Je me sens heureux et reconnaissant de l’invitation du club et j’espère que nous serons une famille de gagnants.

Qu’est-ce qui vous a décidé à rejoindre les Templiers et à relever ce nouveau défi ?

Tout d’abord, partager mon expérience avec le baseball européen et aussi apprendre ce qu’ils peuvent m’apprendre en tant que jeunes joueurs.

Quels sont tes objectifs pour la saison prochaine avec l’équipe ?

Mon objectif principal est de me battre bec et ongles pour remporter des titres. Je veux que le club soit fier de son équipe et heureux de m’avoir donné l’opportunité de la diriger.

Bio 

Orestes Kindelan Olivares

Né le 1er novembre 1964 à Palma Soriano (Cuba)

2 fois champion olympique

6 fois champion du monde

4 fois champion panaméricain 

Hall of Famer du baseball cubain 

Recordman de HR et de RBI de l’histoire du baseball cubain

Recrues 2022 : interview Hector Velasquez

Quel type de joueur êtes-vous ?

Je suis un joueur facile à vivre, mais très compétitif. J’aime être concentré à chaque minute du jeu, je suis mentalement un entraîneur depuis l’âge de 16 ans. Je donnais des entraînements à des enfants plus jeunes que moi à cet âge et je n’ai jamais cessé de le faire jusqu’à présent. J’aime lire, apprendre, parler, rencontrer de nouvelles personnes et de nouveaux endroits !

Vous êtes arrivé en Europe il y a quelques années. Pouvez-vous nous expliquer comment cela s’est passé ?

En 2011 pour être plus précis. Le club de Llano dans la ligue espagnole m’a contacté. A l’époque, je jouais dans une ligue professionnelle au Venezuela. J’ai joué trois ans pour eux et c’est pendant cette période que j’ai rencontré ma femme. J’ai naturellement décidé de rester en Espagne. J’ai passé quatre autres années à jouer dans la première division espagnole avec d’autres clubs. Ensuite, j’ai commencé à voyager pour jouer dans d’autres ligues de haut niveau en Europe.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre expérience dans d’autres pays d’Europe ?

J’ai évolué 9 ans dans différents pays d’Europe. L’Espagne, la Pologne, l’Autriche, la Slovénie et l’Italie). Sur les quatre dernières années, j’ai occupé le rôle d’entraîneur-joueur. Depuis mes débuts sur le continent, j’ai cumulé plus de 300 hits en 9 ans et affiché une moyenne de frappe au-dessus de .300.

Vous êtes un joueur très expérimenté. Comment pouvez-vous aider les jeunes joueurs à se développer ?

Avec mon expérience en tant qu’entraîneur et joueur pendant de nombreuses années, je pense pouvoir apporter au niveau mental et physique. Je peux aussi transmettre mes connaissances au niveau du swing et de la défense.

Pourquoi avez-vous choisi les Templiers de Senart pour poursuivre votre carrière ?

J’adore l’uniforme ! Plus sérieusement, j’aime l’idée de jouer avec une équipe qui semble toujours se battre pour être au top. J’ai eu d’autres offres mais mon cœur m’a dit de les choisir. Donc je suis déjà heureux avec Sénart !

Que savez-vous de la France ?

Je ne connais pas grand chose. J’y suis allé une fois mais très brièvement. Je suis content d’avoir  maintenant l’opportunité d’y retourner !

Et le baseball français ?

Je connais quelques joueurs qui ont joué ou jouent encore dans le championnat de France. Ça ne m’est pas totalement inconnu mais limité.

Qu’attendez-vous de cette saison avec vos nouveaux coéquipiers ?

Je m’attends à voir le club que j’ai dans mon esprit, un club qui se bat à chaque manche, quoi qu’il arrive. J’espère aussi remplir les attentes que l’équipe a envers moi. Au-delà des chiffres personnels, j’espère être dans un grand groupe de joueurs et vivre une grande fin de saison.

Recrues 2022 : Interview Thomas GREELY

Thomas Greely

Quel genre de joueur êtes-vous ?

Je suis un joueur impliqué, j’aime prendre du plaisir en jouant et donner du fun à mon équipe. Sur le terrain, j’essaie de gagner, donc ma compétitivité prend parfois le dessus sur moi, mais en dehors du terrain, je pense être très accessible et être une personne plutôt sympathique.

Vous pouvez évoluer à plusieurs positions mais vous êtes plus spécifiquement receveur. Pourriez-vous nous dire pourquoi vous jouez à ce poste et pourquoi l’aimez-vous ?

J’aime vraiment être un receveur, contrôler le rythme du jeu, appeler les lancers, diriger les joueurs de champ ou encore établir des relations avec les lanceurs. Il y a beaucoup de critères qui entrent en jeu au-delà de l’aspect physique du poste. Vous devez être capable de communiquer avec l’ensemble des joueurs sur le terrain.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre expérience aux Etats-Unis, notamment à Long Beach ?

Mes deux années à Long Beach ont été incroyables. Ma première là-bas, en 2020, a été écourtée en raison de la pandémie de Covid-19. Au moment où notre saison a été annulée, notre équipe était classée 12ème de tout le pays et nous avions déjà battu 2 des 25 meilleures équipes des Etats-Unis. Les médias commençaient à nous considérer comme des prétendants à la victoire au championnat national. J’étais le receveur partant et j’étais également en charge de la formation des jeunes receveurs, pour les faire progresser. Je pense que cela vient du côté « leadership » du poste de receveur. En NCAA, certains jeunes joueurs ont 18 ans se retrouvent à évoluer avec des coéquipiers de 23 ans. Ils peuvent facilement être dépassés. Ils ont besoin de l’accompagnement des plus anciens, dont je faisais partie.

Vous avez choisi de jouer à l’étranger. Pourquoi?

Je suis tombé amoureux du baseball quand j’avais 4 ans. Quand j’ai eu l’occasion de jouer à Sénart, je ne pouvais pas passer à côté. Il ne s’agit pas de gagner des millions de dollars comme certains joueurs le font aux Etats-Unis. Pour moi, le but est de produire du beau jeu, aussi longtemps que possible, de m’amuser à le faire pour que d’autres enfants de 4 ans puissent le voir et, à leur tour, tomber amoureux du baseball.

Pourquoi avez-vous choisi les Templiers pour poursuivre votre carrière ?

J’ai eu des offres de plusieurs pays différents, mais Sénart a été comme une évidence. J’ai l’impression que c’est un endroit où il fait bon vivre, près de Paris, avec une très bonne équipe. Les personnes du club avec qui j’ai échangé voulaient vraiment me voir venir dans leur effectif. D’autres entraîneurs que j’avais contacté donnaient l’impression qu’ils essayaient juste de combler une place dans l’alignement. A Sénart, ils se sont intéressés à ma personnalité, je ne suis pas seulement un nom sur une feuille.

Que savez-vous de la France ?

Je ne connais pas grand-chose à la France en dehors de Paris, mais je suis impatient de la découvrir. Je commence déjà à en apprendre davantage pendant que je suis ici, aux Etats-Unis.

Et à propos du baseball Français

J’en sais encore moins sur le baseball français. Il y a quelques mois, je ne savais pas qu’il y avait autant de baseball professionnel en Europe, à l’exception des équipes nationales qui vont à la World Baseball Classic ou aux Jeux Olympiques.

Qu’attendez-vous de cette saison avec vos nouveaux coéquipiers ?

Tout d’abord, je suis ravi de rencontrer et de connaître de nouvelles personnes. Si le baseball est ma passion numéro 1, j’aime aussi faire des rencontres et partager des moments avec de nouvelles personnes. En ce qui concerne la partie baseball, je m’attends à gagner et à gagner beaucoup ! Je suis sûr que nous le voulons tous, et c’est ce qui va rendre l’expérience encore meilleur au sein du club.

Communiqué

Le club des Templiers a pris connaissance des démarches entreprises par le club de Rouen pour obtenir la non-qualification de deux joueurs de notre effectif, Brandt Holland et Sam Belisle-Springer.

Le club de Rouen prétend que les deux joueurs doivent être considérés comme des joueurs mutés, ce que la Fédération Française de Baseball et Softball a réfuté à deux reprises. Le club de Rouen a alors décidé de demander une conciliation au CNOSF.

Notre prise de parole vise à exposer la situation en toute transparence et à se prémunir de toute ambiguïté quant à l’intégrité dont notre Club a toujours fait preuve.

Dès le mois de juin dernier, une demande de clarification avait été formulée par notre Club auprès de la Fédération Française de Baseball et Softball et de la Confédération Européenne de Baseball.

La situation a été exposée clairement et aucune infraction aux règlements n’a été relevée par les deux instances.

Brandt Holland et Sam Belisle-Springer sont licenciés au club des Templiers depuis le 11 juin 2021 et ils sont restés licenciés au club des Templiers, sans aucune interruption, jusqu’aujourd’hui.

S’ils ont joué pour une equipe allemande pendant le mois de juillet, cela n’est en aucun cas défini comme une mutation, ni dans les règlements de la Fédération Française de Baseball et Softball ni dans les règlements de la Confédération Européenne de Baseball.

Sont soumis au régime des mutations le changement entre clubs affiliés à la Fédération Française de Baseball.

Il n’y a donc rien qui puisse empêcher les deux joueurs de disputer les phases finales du championnat de France de Division 1 et la finale de Division 1 face à Rouen, qui se poursuivra demain.

Bilan de la CEB Cup 2021

Sénart accueille la Coupe d’Europe de Baseball du 13 au 17 juillet 2021.

Compétition remportée par le club tchèque Draci Brno, malgré sa défaite (4-6) dans le dernier match du tournoi contre les Templiers.

Classement et résultats

Lieu : Templiers Stadium

TeamWLTPCTGB
1. Draci Brno (CZE)4100.8000
2. Sénart Templiers (FRA)4100.8000
3. Astros Valencia (ESP)4100.8000
4. Therwil Flyers (SUI)2300.4002
5. Minsk (BLR)1400.2003
6. Dornbirn Indians (AUT)0500.0004
Brno s’impose contre Sénart et Valence en raison d’un meilleur équilibre de qualité par équipe.
Date/HeureMatchRésultat
13/07 10:00Minsk (BLR)
Dornbirn Indians (AUT)
6
1
14/07 10:00Draci Brno (CZE)
Minsk (BLR)
6
5
14/07 15:00Dornbirn Indians (AUT)
Astros Valencia (ESP)
4
5
14/07 20:00Sénart Templiers (FRA)
Therwil Flyers (SUI)
9
0
15/07 10:00Astros Valencia (ESP)
Draci Brno (CZE)
6
15
15/07 13:30Therwil Flyers (SUI)
Draci Brno (CZE)
0
9
15/07 17:00Minsk (BLR)
Therwil Flyers (SUI)
9
0
15/07 20:30Sénart Templiers (FRA)
Dornbirn Indians (AUT)
14
11
16/07 10:00Astros Valencia (ESP)
Sénart Templiers (FRA)
3
2
16/07 13:30Astros Valencia (ESP)
Therwil Flyers (SUI)
9
0
16/07 17:00Dornbirn Indians (AUT)
Draci Brno (CZE)
6
16
16/07 20:30Sénart Templiers (FRA)
Minsk (BLR)
7
5
17/07 10:00Therwil Flyers (SUI)
Dornbirn Indians (AUT)
0
9
17/07 14:00Minsk (BLR)
Astros Valencia (ESP)
9
10
17/07 18:00Draci Brno (CZE)
Sénart Templiers (FRA)
4
6

Récompenses individuelles

Meilleur frappeur : Premek CHROUST (Brno)
Meilleur lanceur : Yosbany TORRES (Valence)
MVP : Alexander PERDOMO (Sénart)

Statistiques

www.wbsceurope.org/en/events/2021-ceb-cup/stats/general

Diffusion live sur YouTube

47 heures de matchs retransmis en direct
+ de 25 000 vues (au 18 juillet)
Jusqu’à 359 vues simultanées sur le dernier match
1092 abonnées à la chaîne

https://www.youtube.com/c/SénartTempliersBaseballClub

Des Templiers en bleu !

Le championnat d’Europe U18 a débuté hier à Montegranaro, en Italie, mais l’équipe de France dispute son premier match face au pays hôte ce mardi 6 juillet.

Parmi les 20 joueurs sélectionnés, quatre évoluent au sein du club des Templiers : Thomas Gras (champ extérieur), Mathis Meurant (champ intérieur / lanceur), Tanguy Meurant (lanceur / champ intérieur) et Mathéo Launay (lanceur et champ intérieur).

Ces quatre talents ont tous déjà évolué en Division 1 avec Sénart. Surtout, ils font partie des très rares joueurs figurant dans la liste du manager Gerardo Leroux sans être pensionnaires d’un Pôle de la FFBS.

Formés chez les Templiers, Thomas Gras et Mathéo Launay s’entrainent quotidiennement et depuis plusieurs saisons au sein de Senart Baseball Academy, où ils bénéficient des programmes d’entrainements élaborés par Felix Brown, coordinateur, et Shane Priest, pitching coach.

De retour à Sénart après un passage au Paris Université Club, Mathis et Tanguy Meurant s’entrainent quant à eux avec les collectifs D1 et D2 des Templiers.

Les rencontres du championnat d’Europe U18 sont à suivre sur le site de la Confédération Européenne de Baseball : https://www.wbsceurope.org/en/events/2021-u-18-european-baseball-championship/home

Thomas Gras, pensionnaire de la D2 de Senart
Tanguy Meurant lors d’un match de D1 contre Nice
Mathis Meurant lors du match de D1 contre Nice
Mathéo Launay, lors d’un match de D1 en 2019

Recrues 2021 : Interview de Shane Priest

Shane Priest, lanceur américain de 25 ans, rejoint les Templiers en 2021. Il se confie quelques heures après son arrivée en France.

Shane, tu vas rejoindre Sénart en tant que lanceur partant pour la saison 2021. Pourquoi avoir choisi les Templiers ?

Quand je dois choisir une nouvelle équipe, il y a trois critères que je regarde avec attention. D’abord, je cherche une équipe qui a l’habitude de gagner et de performer au plus haut niveau. C’est primordial à mes yeux parce que je veux continuer à progresser en tant que joueur. Le fait
d’être entouré de bons coéquipiers et d’un bon staff m’aidera à élever mon niveau. Ensuite, je tiens à faire partie d’une équipe qui a un bon état d’esprit, qui est déterminé à gagner et qui a la volonté d’aider son équipe à s’améliorer tout au long de l’année. Enfin, je veux m’installer dans une ville où je peux me projeter sur le court terme mais aussi sur le long terme. Je n’ai pas mis beaucoup de temps à réaliser que le club des Templiers avait la capacité à répondre à mes trois critères de sélection. Même si j’ai échangé uniquement à distance avec l’encadrement et
les joueurs, j’ai déjà ressenti que Sénart est tout simplement l’équipe que je recherche et je suis impatient d’y être cette saison.

Etais-tu en contact avec d’autres clubs ?

Oui, j’ai été en contact avec plusieurs équipes, en particulier en Allemagne. Honnêtement, je pensais que j’allais finir par signer là-bas, étant donné que je parle un peu allemand et que j’y ai évolué par le passé. Mais je suis heureux de faire de Sénart ma nouvelle maison pour 2021 et j’ai hâte de débuter cette nouvelle expérience.

Est-ce que tu peux expliquer ton parcours aux Etats-Unis ?

Le baseball a été une grande partie de ma vie. Je pratique ce sport depuis que j’ai 4 ans et je n’ai jamais arrêté depuis. Durant ma carrière de joueur, j’ai eu l’opportunité de jouer avec certains des meilleurs joueurs, entraineurs et équipes des Etats-Unis. En high school, je faisais
partie de l’équipe des Nashville Knights, qui a terminé numéro 1 du pays en 18U au cours de l’année 2014. J’ai ensuite évolué au Calhoun Community College puis à l’Université de North Alabama. A l’issue de ma dernière saison, j’ai eu la chance de figurer dans la liste des meilleurs joueurs de la conférence et d’’être drafté. Mais deux opérations du bras m’ont contraint à prolonger ma carrière à l’étranger. Et cette expérience s’est révélée absolument extraordinaire. Si bien que je ne changerais rien à mon parcours. J’ai fait deux saisons, une première en Allemagne et une deuxième en Australie, avant d’être au repos forcé à cause de la pandémie de Covid-19. Je n’ai qu’une envie : retrouver le terrain et commencer ma deuxième saison européenne avec les Templiers de Sénart.

Comment s’est présenté l’opportunité de joueur en Allemagne et en Australie après ta carrière en université ?

Pour être honnête, je ne savais pas qu’un baseball d’aussi bonne qualité se jouait en Europe et en Australie. Une équipe allemande est entrée en contact avec moi car il connaissait quelqu’un à l’Université de North Alabama, où j’étudiais. Quand j’ai appris que j’allais subir une opération chirurgicale, l’Allemagne semblait être le bon endroit pour reprendre la compétition. Et suite à ma bonne saison à Cologne, certains équipes australiennes se sont intéressées à moi et elles m’ont contacté pour me proposer de les rejoindre. Désormais, avec deux saisons satisfaisantes
à l’étranger, de plus en plus de clubs se rapprochent de moi pour me faire des offres.

Est-ce que tu pourrais résumer ton expérience dans ces deux pays ?

J’ai eu des expériences très plaisantes et uniques dans ces deux pays. En Allemagne, j’ai vécu ma première saison à l’étranger donc j’ai vraiment découvert le baseball international. Après mes années de baseball universitaire, où nous avons un planning très rigoureux entre les
séances de musculation le matin, les séances de courses l’après-midi et les entrainements de fin de journée, il y a eu un vrai changement. Le programme était plus léger. Cela n’empêche pas les joueurs allemands d’être aussi investis que les joueurs universitaires. Mais ils doivent trouver un équilibre entre leur vie de famille et un travail à plein temps, tout en maintenant un haut niveau de performance sur le terrain. En dehors du baseball, l’Allemagne possède une culture captivante et j’ai vraiment adoré. Pour essayer d’apprendre la langue, j’ai souvent passé
du temps dans les commerces pour parler avec des locaux et améliorer mon niveau en allemand. J’ai ensuite pris l’avion pour l’Australie. En revenant dans un pays anglophone, je n’ai pas eu à faire face à la barrière de la langue. Mais il y a de vraies spécificités culturelles auxquelles je
n’avais jamais été confrontées. Je m’enrichis de nouvelles cultures donc j’adore me retrouver en immersion dans un nouveau pays. En dehors du baseball, j’ai eu pu mettre à profit mon diplôme en travaillant dans le domaine de la finance. J’ai été pas mal occupé pendant cette période mais ce n’était pas totalement nouveau pour moi. Le baseball est joué à un très haut niveau en Australie. J’ai vraiment été surpris par le nombre de joueurs talentueux que l’on pouvait voir dans la ville où je vivais, Adélaïde. Et ce qui a aussi été amusant en Australie, c’est ce que j’ai retrouvé des joueurs que j’avais déjà affrontés en Allemagne.

Qu’est-ce que tu as fait pendant le printemps et l’été 2020 ? Est-ce que tu as joué ?

2020 a été très différent des années précédentes. J’ai terminé ma saison en Australie au début de l’année 2020 puis j’ai signé pour les Alligators de Solingen, en Bundesliga. Mais en raison du Covid-19, je n’ai pas voyagé en Allemagne. En juin dernier, je suis donc retourné en Floride, où je vis, et j’ai commencé à préparer la prochaine saison européenne.

Comment t’es-tu préparé pour cette saison ? Est-ce que la crise sanitaire a été contraignante ?

L’avantage de la Floride, c’est que nous avons eu peu de contraintes liées au Covid. J’ai donc pu m’entrainer et lancer autant que je le souhaitais pour rester en bonne forme. Dans cet Etat, la plupart des gens ont pu continuer leur vie normalement. Toutes les salles de musculation et les enceintes de baseball sont restées ouvertes, donc j’ai pu suivre mon programme habituel. En France, je devrais être dans la meilleure forme de ma vie et j’ai vraiment hâte de tirer les bénéfices de cette préparation pendant la saison.

En plus de ton rôle au sein de l’équipe de Division 1, tu vas travailler pour la Senart Baseball Academy en tant que pitching coach. Comment envisages-tu ton rôle auprès des jeunes joueurs de la SBA ?

Je suis heureux de venir à Sénart en tant que joueur mais je suis aussi très heureux d’aider la Senart Baseball Academy comme coach. Sénart s’est imposé comme une place forte du baseball, pas uniquement en France mais à travers l’Europe. Je suis ravi d’avoir l’opportunité de contribuer à faire grandir le club et à pousser les joueurs de la SBA. Cette structure est un pilier du baseball local et elle va incontestablement aider à développer le succès de l’organisation sur
le long terme. Je sais que la SBA forme des joueurs de tous âges. Avec les plus jeunes athlètes, je souhaite leur transmettre l’amour de ce sport and les aider à construire les fondations dont ils pourront se servir tout au long de leur longue et prolifique carrière. Avec les plus anciens, j’espère apporter les méthodes d’entrainement plus avancées que j’ai découvertes en université ou au niveau professionnel. Le but est de leur permettre d’atteindre les objectifs sportifs qu’ils se sont fixés.

Né le 17 Juin 1995 en Californie (Etats-Unis)
Taille : 1m80
Poids : 78kg
Poste : lanceur
Au lancer / À la frappe : droitier / droitier
Clubs précédents : Indian Rock Christian High School (2014-2015), Calhoun Community College (2016), North Alabama (2017-2018), Cologne Cardinals (2019), Henley & Grange Rams (2019-2020)

Le mot du manager

« Shane fait partie de notre short-list depuis presque deux ans. Nous le suivons depuis ses débuts en Europe, en 2019. Il a fait l’unanimité partout où il est passé, que ce soit en NCAA D1, en Allemagne ou en Australie. Il a convaincu autant par son impact sur les résultats de l’équipe que par sa personnalité. Nous avons pu nous rendre compte que son approche du poste correspond à nos attentes. L’avoir dans notre rotation est une vraie satisfaction pour le Club car il a été très sollicité pendant l’intersaison. » – Matthieu Brelle-Andrade

Recrues 2021 : Interview d’Anthony Buonaiuto

Anthony Buonaiuto rejoint les Templiers pour la saison 2021. L’italo-canadien est un joueur polyvalent, capable d’évoluer aussi bien en infield qu’en outfield.

Anthony, tu as déjà évolué en Europe mais peu de personnes te connaisse en France pour le moment. Quel type de joueur es-tu ?

Avant tout, je pratique le baseball avec passion, détermination et énergie. Je n’hésite pas à me jeter pour faire un jeu, en particulier quand il y a une certaine pression sur la rencontre. Mon objectif est d’être le meilleur pour l’équipe, d’aider mes coéquipiers quand ils sont en difficulté ou de les féliciter quand ils réussissent. En dehors des terrains, je suis plutôt quelqu’un d’ouvert qui aime faire connaissance avec de nouvelles personnes et essayer de nouvelles choses.

La polyvalence est l’un de tes points forts. Pourrais-tu nous dire à quels postes tu peux évoluer et comment tu as réussi à développer cet atout ?

Ma position préférentielle est champ centre mais j’essaie de m’appuyer sur mes qualités athlétiques et ma connaissance du jeu pour occuper d’autres positions. Je peux évoluer partout dans le champ intérieur et dans le champ extérieur. Pour être polyvalent, il faut travailler continuellement et méticuleusement tous les aspects du baseball. Cela signifie faire des exercices supplémentaires pendant les jours de repos, comme rattraper des roulants ou lancer un bullpen. A titre individuel, j’essaie de m’améliorer encore et toujours pour être le plus complet possible.

Est-ce que tu peux revenir sur ton expérience au Canada et aux Etats-Unis ?

J’ai eu la chance d’évoluer à haut niveau dans différents endroits au Canada et aux Etats-Unis pendant les 15 dernières années. En catégorie junior, j’ai évolué pour l’équipe nationale canadienne. J’ai aussi joué en Division 1 de Junior College pendant deux ans, à Southern Illinois. Actuellement, je suis en 3ème année de collège au Canada au sein de l’équipe des George Brown Huskies, où je suis capitaine et référent pour les nouveaux joueurs qui intègrent le programme. Au cours de ces années, j’ai eu pour coéquipiers et adversaires de nombreux joueurs professionnels ou internationaux.

Comment se sont passées tes expériences en Allemagne et en Italie ? Pourquoi avoir choisi d’évoluer en Europe ?

J’ai choisi de continuer ma carrière à l’étranger tout simplement parce que j’aime voyager et m’imprégner de nouvelles cultures. Je suis vraiment passionné de baseball et je ne pouvais pas m’imaginer arrêter de jouer. Mon séjour en Allemagne a été une vraie découverte, il s’agissait de mon premier déplacement en Europe. Je suis rapidement tombé amoureux de leur façon de vivre. L’expérience en Italie a été un vrai succès. Je faisais partie d’une équipe localisée en Sardaigne, qui m’a accueilli comme un membre de la famille. Je me suis senti très bien là-bas. Au cours de ces deux saisons, j’ai réussi de bonnes performances qui m’ont valu d’être appelé à jouer avec la sélection Nord-Américaine au World Port Tournament 2019, à Amsterdam.

Quelles sont les raisons qui t’ont poussées à rejoindre les Templiers ?

J’ai privilégié Sénart pour poursuivre ma carrière au regard de leur régularité au plus haut niveau européen et du professionnalisme de l’organisation. Lorsque le club m’a présenté l’organisation, j’ai été bluffé par le niveau de détails et la qualité des installations. J’ai aussi pris le temps d’échanger avec un ancien joueur des Templiers, Jimmy Jensen. Il n’a dit que des bonnes choses sur le club et son fonctionnement.

Né le 5 juin 1993 à Toronto (Canada)
Taille : 1m91
Poids : 102 kg
Au lancer / À la frappe : droitier / gaucher
Position : utility player
Clubs précédents : Team Ontario (2009-2011), East York Baseball (2012-2015), Southeastern Illinois College (2013-2014), Niagara County Community College (2015-2016), East York Baseball (2017), Hambourg (2018), ASD Catalana (2019)

Le mot du coach 

« Pour l’équilibre de notre roster, nous avions ciblé le recrutement d’un joueur polyvalent. Anthony remplira parfaitement ce rôle tant il a montré, au cours de son parcours, sa capacité à occuper plusieurs postes sur le terrain. En fonction des besoins de l’équipe, il pourra jouer dans l’infield, dans l’outfield ou comme lanceur. Au-delà de ses aptitudes techniques, Anthony a également l’avantage de disposer de la nationalité italienne. Son arrivée était déjà entérinée début 2020. La situation sanitaire aura retardé d’un an ses débuts dans le championnat français. » – Matthieu Brelle-Andrade

Recrues 2021 : Interview d’Andy Paz

Andy Paz est la troisième recrue des Templiers. Voici son interview.

Andy, c’est officiel, tu fais ton retour chez les Templiers après plusieurs saisons à l’étranger. Quels sont les éléments qui t’ont incité à prendre cette décision ?

Après quelques années dans des équipes étrangères, j’ai voulu rentrer à la maison en quelque sorte. Jouer en France va me permettre de passer plus de temps avec ma famille et mes proches. Sénart est un club au sein duquel j’ai déjà évolué et j’aime beaucoup la composition de l’équipe.

Quel regard portes-tu sur l’effectif sénartais pour 2021, et notamment sur les autres recrues ?

Je pense que les Templiers construisent une équipe solide qui peut aller très loin dans le championnat français et dans les compétitions européennes. Il y a beaucoup de talent et d’expérience dans l’effectif.

Ces dernières saisons, tu as été le receveur titulaire d’une des meilleures formations d’Europe, Bologne. Comment s’est passé ton séjour en Italie ?

J’ai beaucoup aimé ma saison en Italie, en 2019. J’ai apprécié la cohésion entre les joueurs de l’équipe, le respect pour le jeu et l’envie de gagner qui nous accompagnait à chacun de nos matchs. Les conditions étaient très bonnes, au niveau du terrain, du staff médical, du kiné, de la restauration, etc. Et j’ai eu la chance que ma famille puisse m’accompagner.

Tu es le seul joueur français à avoir évolué jusqu’en AA. Que retiens-tu de ton parcours aux Etats-Unis au sein de l’organisation des A’s ?

Je pourrais parler pendant toute une journée de tout ce que j’ai appris pendant mes années aux États-Unis. Si je devais retenir une seule chose aujourd’hui, je dirais que c’est le fait d’apprendre à se focaliser sur ce qui est contrôlable et pas le reste. Le baseball est un sport suffisamment dur et il faut réussir à se concentrer sur ce qu’on peut maitriser soi-même. Faire de bons at bats, courir fort à chaque fois ou anticiper chaque jeu, par exemple. On ne peut pas contrôler si on frappe un hit ou pas. En dehors du terrain, c’est la même chose. Les dirigeants des franchises montent et descendent les joueurs du jour au lendemain. La seule chose qu’on peut faire, c’est se présenter à chaque entraînement et à chaque match en étant prêt à se donner à 100%.

Avec le recul, qu’est-ce qui t’aurait permis d’aller encore plus haut ?

Je pense que si j’avais eu un meilleur timing, j’aurais pu aller plus loin. C’est juste après ma carrière avec les Athletics que j’ai commencé à frapper plus d’extra-base hits (NDRL : double, triple ou home run). Chez les Railcats, au sein de l’American Association, j’ai été un des meilleurs frappeurs de l’équipe en extra-base hits et en RBI. Si j’avais réalisé ce genre de performances 1 ou 2 ans plus tôt, je ne sais pas où ça m’aurait amené… peut-être plus haut encore.

Ton parcours est un exemple pour beaucoup de joueurs français. Quels seraient les conseils que tu donnerais à un jeune qui rêve de devenir professionnel ?

Mon principal conseil pour les jeunes joueurs, c’est de bien se préparer. Comme je l’ai dit précédemment, on ne sait pas quand l’opportunité arrivera. On ne peut pas le contrôler. Par conséquent, le plus important, à mon avis, est d’être prêt le jour où l’opportunité se présente. Et comme on ne sait pas quel jour cela tombera, ça signifie qu’il faut être à 100 %
chaque jour. Et je dirais qu’il faut aussi croire en son rêve tout le temps et rester positif.

Est-ce que tu avais des modèles, des joueurs qui t’ont inspiré dans ta jeunesse ?

Quand j’étais enfant, j’aimais beaucoup Ariel Pestano, un des catchers de l’équipe nationale de Cuba. Ensuite, quand j’ai connu la MLB, je regardais plus attentivement les prestations d’Ivan Rodriguez, de Yadier Molina et de Salvador Perez.

Né le 5 Janvier 1993 à La Havane (Cuba)
Taille : 1m77
Poids : 77kg
Poste : catcher
Au lancer/À la frappe : droitier / droitier
Clubs précédents : Toulouse (2007-2012), Oakland Athletics (2011-2017), Sénart (2012-2015), Tigres del Chinendega – Nicaragua (2017), Paris UC (2018), Gary Southshore Railcats – USA (2018), Toulouse (2019), County Miners – USA (2019), Bologne (2019)

Le mot du manager

« Le club est vraiment fier d’accueillir à nouveau Andy en 2021. Depuis son expérience chez les Athletics, ce sera sa première saison complète dans le championnat français. On est très heureux qu’il ait choisi de la faire avec le maillot des Templiers. C’est une chance pour notre équipe. Il est le numéro 1 à son poste défensif en France et son bâton renforcera incontestablement notre line-up. Par son vécu chez les professionnels et sa personnalité, Andy sera aussi un modèle pour les jeunes joueurs de l’effectif. » – Matthieu Brelle-Andrade

Propos recueillis par templiers-senart.com
Crédit photo – Glenn Gervot