Archives de catégorie : Division 1

DIVISION 1

L’aventure japonaise de Frédéric Hanvi

Frédéric Hanvi, joueur des Templiers qui évolue actuellement dans l’équipe des Kochi Fightings Dogs au Japon, nous donne de ses nouvelles. L’international s’est imposé parmi les meilleurs frappeurs du championnat et de son équipe, en frappant notamment son premier Grand Slam.

Tout d’abord, êtes-vous remis de votre fracture du pouce ?

Je ne suis pas remis à 100% de ma fracture mais je participe quand même aux matchs. J'utilise une protection pour mon doigt qui rend la douleur supportable.

Comment se passe le début de saison avec votre équipe ? Individuellement et collectivement ?

La saison vient de commencer. Nous en sommes à 1 victoire, 2 défaites et 1 match nul mais nous jouons de très bons matchs. Nous sommes confiants pour la saison. Personnellement, ça commence bien pour moi aussi. Je suis titulaire au champ gauche et je frappe 3ème dans le line up. Je suis actuellement 6ème meilleur frappeur de la ligue.

Pouvez-vous nous décrire une journée type au sein d’une équipe de baseball japonaise ?

Les jours de match, comme nous jouons à 18h00, nous avons un rendez-vous à 13h00 au terrain. On s'étire et on s'échauffe de 45 min à 1h00. Ensuite nous effectuons notre batting practice (entraînement à la batte) pendant 1h15. Après c'est à l'autre équipe de faire le batting practice donc à ce moment-là nous mangeons et nous nous reposons. À 17h00 les deux équipes effectuent l'infield outfield. Il est suivi de la cérémonie d'ouverture et du début du match. Les jours où nous avons seulement entraînement sont plus longs. Nous commençons à 9h00 et finissons à 18h00 avec 40 min de pause à midi. Nous effectuons toutes les situations de défense le matin. Batting practice, musculation et free practice (entraînement au choix) l'après midi.

Avez-vous un message pour vos coéquipiers des Templiers ?

Gambatte ! (Tenez-bon en japonais). Ils font un très bon début de saison, je suis très content. J’espère qu’ils pourront maintenir ce niveau de performance lors de la Coupe d’Europe et des playoffs.

Le site des Kochi Fightings Dogs :  http://www.fighting-dogs.jp

Rétro 2014 – Division 1

Nous vous proposons de revenir sur les 10 moments clés de la saison des Templiers. Une saison historique pour le club sénartais et le baseball français avec un doublé Division 1 - Challenge de France et un parcours mémorable en Coupe d'Europe.

Dimanche 20 avril à Sénart, 4e journée du Championnat de France de Division 1, Sénart vs Rouen, 8ème manche :

Dans ce premier choc de la saison entre les deux finalistes de la saison 2013, les Templiers remportent le premier match (5-4). Dans l'après-midi, ce sont les rouennais qui virent en tête après 8 manches (4-3). Robin Roy entre en relève pour conserver cet avantage. Mais les Templiers remplissent les bases et marquent à deux reprises. Raudelin Legra conclue la rencontre sur le monticule. Sénart s'impose de nouveau 5-4 face aux Huskies.

Samedi 10 Mai à Toulouse, Demi-finale du Challenge de France, Sénart vs Paris UC, 10ème manche :

Battus lourdement la veille, les Templiers retrouvent le PUC en demi-finale. Entré en relève de Ciro Silvino, Jonathan Mottay prolonge son effort en 10ème manche. Malgré la pression et la présence de coureurs sur les sentiers, le jeune lanceur sort le grand jeu : il retire les trois frappeurs parisiens sur trois prises et permet aux siens de rester en vie. Les sénartais font finalement la différence en 11ème manche et s’imposent 8-5.

Dimanche 11 mai à Toulouse, Finale du Challenge de France, Sénart vs Montpellier, 6ème manche :

Ses performances en demi-teinte depuis le début du tournoi l'avait rétrogradé au 6ème rang de l'alignement sénartais. Expérience inhabituelle pour Florian Peyrichou. Le réveil est intervenu en finale. Un swing sec et la balle rapide de Thomas Meley va fleurter avec le poteau de foul ball pour finir sa course derrière la clôture. Home run bon pour deux points. Trois semaines plus tôt, en D1, le numéro 55 avait réalisé pareille performance au lanceur héraultais.

Dimanche 11 mai à Toulouse, Finale du Challenge de France, Sénart vs Montpellier, 8ème manche :

Menés 3-1, les Barracudas et leur arme principale, le redoutable Will Musson, restent menaçants. Pour son dernier passage à la batte, le colosse américain expédie une balle rapide de Lemestre dans le fond du champ gauche. La balle semble a priori hors de portée des défenseurs sénartais. Mais Julien Brelle-Andrade s'envole et parvient à capter la balle de volée. Jeu défensif extraordinaire qui brise les derniers espoirs des héraultais.

Dimanche 11 mai à Toulouse, Finale du Challenge de France, Sénart vs Montpellier, 9ème manche :

Le 107ème lancer de Pierrick Lemestre sera le dernier du tournoi. La frappe de Joly-Degouilles, captée par Dylan Mayeux et relayée à Ernesto Martinez, est synonyme de deuxième succès au Challenge de France pour les Templiers, après celui de 2008. Handicapés par les blessures de Mottay et Brelle-Andrade, les sénartais s'en sont remis à l'exceptionnelle performance de leur lanceur international, qui sera logiquement désigné MVP.

Mardi 17 Juin à Brno (République Tchèque), Coupe d’Europe, Sénart vs Rimini (Italie), 9ème manche :

Après 133 lancers en 9 manches, 4 coups sûrs et 5 strike-outs, le Cubain Raudelin Legra permet aux Templiers de réaliser une performance historique dans l’histoire du baseball français en remportant son match d’ouverture de la Coupe d‘Europe 2014 face aux Italiens de Rimini sur le score de 6-1. Cette même équipe italienne remporte, cinq jours plus tard, la finale de la compétition contre le champion des Pays-Bas, Neptunus (9-2).

Jeudi 19 juin à Brno (République Tchèque), Coupe d’Europe, Brno vs Sénart, 9ème manche :

Après Raudelin Legra, c'est au tour d'un autre cubain d'enfiler le costume du héros. Ciro Silvino survole la rencontre face à Draci Brno, l’équipe locale, championne de République Tchèque depuis 10 ans : 9 manches, 5 hits concédés et 14 strike-outs ! Avec l'exploit face à Rimini, les sénartais jouent les trouble-fêtes face aux favoris de la compétition. Il a manqué une victoire aux Templiers pour atteindre la finale de la Coupe d'Europe.

Samedi 23 Août à Sénart, Finale du Championnat de France - Match 1, Sénart vs Paris UC, 3ème manche :

Alors que le score est toujours vierge dans cette troisième manche, deux coup-sûrs de Cody Régis et Larry Infante permettent au PUC de prendre l’avantage au score (1-0). Ce sera la seule et unique fois au cours de cette finale. Les Templiers réagissent lors du passage à la batte qui suit et reviennent au score sur une frappe de Raudelin Legra. Au total, les Sénartais n’ont été menés que pendant 1 manche tout au long des playoffs.

Dimanche 24 août à Sénart, Finale du Championnat de France de Division 1 - Match 2, PUC vs Sénart, 9ème manche :

Un roulant d'Infante permet aux Templiers d'effectuer les 26e et 27e retraits du match. Les banlieusards s'imposent 7-1 grâce à une grosse performance offensive face à Nicolas Dubaut (10 hits dont 5 doubles) et après un match complet de Matthieu Brelle-Andrade. Il n'accorde que deux coups sûrs à la meilleure attaque de D1. Les Templiers mènent deux matchs à zéro et ne sont plus qu'à une victoire du titre tant convoité.

Samedi 30 Août à Paris, Finale du Championnat de France - Match 3, Sénart vs PUC, 9ème manche :

Avec 15 coups sûrs frappés, les Templiers remportent leur premier titre de Champion de France au terme de leur 8ème victoire en huit matchs dans ces playoffs 2014. L’attaque sénartaise, emmenée par Romain Martinez-Scott (.444 de moyenne sur la finale) et Ernesto Martinez (home run en 1ère manche du match 3), signe une énorme performance en ayant frappé au moins 10 coups sûrs dans chaque match des play-offs.

Bastien Roux, le facteur X

Bastien Roux, le préparateur physique, a été l'un des grands artisans de la victoire au Challenge de France. Rencontre avec celui qui a rendu le succès sénartais possible, malgré les blessures. Issu du rugby, il a encadré pendant quatre jours les Templiers au niveau des échauffements, de la nutrition et de la récupération. Son intégration au sein de l’équipe et son impact sur les performances des joueurs ont été étonnants.Peux-tu décrire ton parcours ?

J’ai fait des études en Staps, c’est une formation qui prépare aux différents métiers en relation avec le sport, l’activité physique. Ensuite j’ai fait une licence éducation et motricité ainsi qu’un  master formation des professeur d'EPS. En parallèle, j’ai été appelé par le club de rugby MLSGP78. Je travaille avec eux depuis quatre ans. La première année, j’ai travaillé  avec l’équipe féminine sénior.  Comme ça s’est bien passé,  j’ai été contacté par l’équipe masculine sénior qui évolue en fédéral 2.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Dans une optique de performance. J'ai toujours voulu toucher le haut niveau, dans tout ce que j'entreprends. La logique sportive et particulièrement celle de l'élite entre dévouement et rigueur me correspond. Comme mes capacités physiques sont limitées, la préparation physique me permet d'atteindre ce haut niveau et de vivre les émotions qui y sont liées.

Quelle place accordes-tu à la préparation physique dans la performance des joueurs ?

C’est la pierre angulaire du sport en général. C’est  vraiment la base, c’est  ce qui permet de répondre aux différentes déficiences que peuvent rencontrer les joueurs. Une  bonne préparation physique permet à une équipe de bon niveau de sortir du lot.

Quelles sont les différences de préparation entre le rugby et le baseball ?

Elles sont liées aux logiques internes des deux activités.  Le contact est culturel et constant au rugby, il faut préparer les joueurs à encaisser,  à ne pas subir et être efficaces sur les zones de contact ou d'évitement. Au baseball il y a plus de moments statiques suivis ensuite de moments très violents comme le lancer, la frapper et l'accélération pour se déplacer. Les récupérations sont également différentes. Malgré cela, la musculation occupe, selon moi, une place très importante dans les deux domaines que sont le rugby et le baseball pour notamment la prévention des blessures.

Quelles sont les relations d’un entraîneur avec le préparateur physique ?

Elles se doivent d'être bonnes. La communication entre ces deux pôles, la tactique-technique d'un côté et le physique de l'autre est indispensable. Le préparateur physique est à la disposition du plan de jeu établi par le coach et doit préparer les joueurs en fonction de ça. Le coach doit quant à lui prendre en compte l'état physique de ses joueurs dans ses choix. Ces deux parties se complètent.

Quelle est la journée type d’un préparateur physique ?

Si l'on se réfère à un jour de match la première chose à faire est de se renseigner sur l'état de ses troupes. Échanger avec les joueurs. Savoir s''il n'y a pas de blessures, si les joueurs se sentent en forme (physiquement et mentalement). Ensuite il met en place son échauffement avant l'arrivée des joueurs sur le terrain. Au moment désigné il s'occupe de l'échauffement physique d'avant-match puis pendant celui ci, il échauffe individuellement les remplaçants. A la fin du match il fait de nouveau le tour des joueurs pour se renseigner sur leur état puis discute avec le staff médical sur les décisions à prendre.

Au niveau de la récupération et de la prévention des blessures, qu’as-tu mis en place avec les Templiers ?

On a mis en place des stratégies simples. On a joué sur la nutrition et le sommeil qui  joue un rôle important dans la récupération. Ensuite, il y a eu l’utilisation de bains froids pour que le coach puisse disposer de la totalité de son effectif. Ils ont pour effet de faire descendre la température du corps afin d’éviter les courbatures d’après-match.

Comment as-tu trouvé l'équipe durant le Challenge de France ? 

J'ai trouvé l'équipe très impliquée et les garçons solidaires. Ils se sont donnés les moyens de gagner ce challenge par leur travail d'avant et d'après-match. Ils ont été disponibles durant ces 4 jours. Ils n'ont jamais rien lâché et ont su réagir individuellement ou collectivement à des moments clés du challenge. C'est une équipe qui a très bien vécu. Le mélange des générations et la bonne ambiance font d’elle un groupe à fort potentiel.

Que vas-tu retenir de cette compétition avec les Templiers ?

Grâce à eux j'ai pu m'immerger dans un sport que je connaissais très mal. J'y ai découvert une super mentalité et j’ai rencontré de très bons garçons. Je retiendrai l'excellente mentalité du groupe, l'envie de vouloir travailler, d'apprendre, de découvrir de nouvelles choses : ce groupe est volontaire et demandeur ce qui est une excellente chose. Tout le monde m'a très rapidement intégré ce qui m'a permis de faire de belles rencontres. Merci à vous messieurs, bonne continuation pour la suite. Souvenez vous 'qu'on ne naît pas champion, on le devient'. Go les templiers, Go !