Archives de catégorie : Archives

Résultats Division 1 – Saison 2012

18/03 Pessac – Templiers
  V 5-6 / V 2-7
25/03 Montpellier – Templiers
  V 1-12 / D 8-0
01/04 Beaucaire – Templiers
  3-11 / V 1-11
15/04 Templiers – Toulouse
  V 13-5 / D 8-9
22/04 Templiers – Savigny s/O.
  V 6-5 / V 3-1
29/04 Templiers – Paris UC
  1-8 / V 9-3
05/05 Templiers – Rouen
  D 1-3 / V 3-2
12-13/05 Templiers – Pessac
V 10-0 / V 8-6
16-20/05 Challenge de France
  Le programme-Cliquez ici
27/05 Templiers – Montpellier
  V 3-0 / V 12-6
03/06 Templiers – Beaucaire
  V 9-3 / V 14-2
11/06 Toulouse – Templiers
  V 8-7 / D 4-7
17/06 Savigny s/O. –  Templiers
  V 14-7D 7-8
01/07 Paris UC – Templiers
  V 14-7 / V 7-3
08/07 Rouen – Templiers
  D 0-7 / D 4-10

Jonathan Mottay prolonge chez les Templiers

 

Jonathan Mottay, 19 ans, fera toujours partie de la rotation des Templiers en 2014. Le grand espoir du baseball français a décidé de poursuivre sa progression avec le club sénartais qui l'avait accueilli en janvier dernier.

Le franco-américain sort d'une belle saison sous les couleurs Seine-et-marnaises, sa première en tant que starter régulier au plus haut niveau hexagonal. Il affiche un beau bilan de 6 victoires et 2 défaites, contenant les frappeurs adverses à une moyenne de .200. Lanceur partant de la finale du Challenge de France, il a su gagner la confiance du manager et se faire une place au sein d'une rotation bien fournie, avec plusieurs lanceurs internationaux et étrangers (Léo Cespedes, Matthieu Brelle-Andrade, Henry Leyva).

‘Je suis vraiment très heureux qu'il poursuive l'aventure avec nous, explique Rolando Merino, le manager sénartais. C'est un garçon qui a une belle marge de progression, mais qui peut déjà être décisif dans les moments importants. Il a un état d'esprit irréprochable, toujours positif et appliqué, c'est ce dont toutes les équipes rêvent.’

Aujourd'hui, il suit une intense préparation au Pôle France de Toulouse, sous la direction d'un ancien grand lanceur sénartais, Samuel Meurant, qui devrait intégrer le Hall of Fame du club après avoir vu son numéro retiré lors de la dernière Coupe d'Europe.

‘J'ai moi-même eu la chance de travailler avec Samuel et je sais à quel point c'est bénéfique pour un jeune lanceur, se souvient Matthieu brelle-Andrade. Cet hiver, Jonathan va encore franchir un cap. Ce sera bien pour Senart mais aussi pour l'Equipe de France.’

En effet, l'année 2014 s'annonce particulièrement riche pour Jonathan Mottay, tant sur le terrain qu'en dehors. Il passera son baccalauréat en juin, tentera de décrocher le titre avec les Templiers avant de compter très probablement parmi les Bleus au Championnat d'Europe en septembre prochain.

Felix Brown is back !

 

Felix Brown fait son retour chez les Templiers pour la saison 2015. Il a déjà évolué sous les couleurs sénartaises à deux reprises, en 2011 et 2012. Avec ses dernières expériences au sein de ligues professionnelles, l'arrêt court de l'Equipe de France est un renfort de poids pour les champions de France.

   

Félix, vous êtes de retour en ville comme on dit. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur votre parcours depuis 2012 et votre dernier match avec les Templiers ?
Depuis 2012, j'ai été un peu partout dans le monde. Après ma dernière saison en France, je suis retourné chez moi à Saint-Martin. Dans la foulée, j'ai été invité à prendre part au Instructional Winter League à Puerto Rico. Je suis resté sur place en janvier et février pour m'entraîner et jouer. C'est à ce moment-là que j'ai obtenu un contrat pour jouer avec les Hawaï Stars, une équipe de la Pacific Association of Professional Baseball. En jouant avec cette équipe, j'ai notamment eu l'opportunité de retourner au Japon pour affronter des équipes de la BC League (championnat dans lequel il a évolué début 2012, ndlr). Puis, pendant l'automne et l'hiver qui ont suivi, j'ai joué pour l'Equipe de France en Floride et en Arizona face à différentes équipes universitaires et professionnelles. L'année dernière, j'ai joué pour Trois-Rivières, au Québec, dans la ligue professionnelle Can Am. Et j'ai terminé la saison avec l'Equipe de France où nous avons réalisé l'impossible en battant les Pays-Bas.  Maintenant, je suis de retour en France pour continuer l'aventure.

Avez-vous suivi les Templiers la saison dernière ? Quel est votre sentiment par rapport à ce parcours historique ?
Oui, j'ai suivi l'équipe. Malheureusement pas à tous les matchs car mon calendrier ne me le permettait pas, mais j'ai été attentif à l'évolution. Et j'étais heureux d'apprendre que l'équipe avait remporté le Challenge de France et plus tard le Championnat de Division 1.

Pourriez-vous nous parler de votre volonté de jouer en France et nous expliquer pourquoi avoir choisi les Templiers cette année ?
J'ai simplement envie de prendre du plaisir en jouant au baseball. Quand vous jouez dans des ligues professionnelles, vous avez des matchs tous les jours et vous avez parfois tendance à oublier l'essentiel, ce qui vous poussez à jouer et à aimer ce sport. A chaque fois que j'ai joué en France ou pour l'équipe nationale, j'ai toujours pris énormément de plaisir et j'ai toujours su profiter de chaque instant passé sur le terrain. Donc, le choix était simple. Et j'ai choisi les Templiers en raison de mon histoire avec cette équipe et les joueurs qui la composent. Je sais dans quelle direction tout le monde veut aller.

Pour la première fois dans sa jeune histoire, les Templiers devront défendre leur titre. Pensez-vous que ce serait une position plus difficile à assumer ?
Une des choses les plus importantes que j'ai apprise sur le baseball, c'est que vous devez toujours jouer pour gagner. A partir de là, peu importe contre qui nous jouerons ou dans quelle position nous serons. Tous les matchs, nous devrons les jouer pour les gagner.

Ce sera votre troisième saison chez les Templiers, après vos expériences au Japon ou au Canada, que pensez-vous pouvoir apporter à l'équipe ?
Mon expérience en tant que professionnel, je pense. La dernière fois que j'ai joué avec Sénart en 2012, je venais d'avoir été écarté de mon équipe au Japon. J'estime que je n'étais pas dans les meilleures dispositions et je n'ai apporté autant que je le souhaitais. Aujourd'hui, j'ai quelques années de plus et j'en sais un peu plus sur le jeu et sur moi-même en tant que joueur.

Vous avez donc participé à un événement majeur cette année : la France a battu les Pays-Bas. Y a-t-il une nouvelle dynamique autour de l'équipe nationale ? Que peut-on attendre des Bleus dans le futur ?
(Rires)… Oui, c'était une grosse surprise pour l'équipe des Pays-Bas. Encore une fois, cela confirme ce que je disais plus tôt sur la volonté de jouer pour gagner. L'Equipe de France est composée de beaucoup de jeunes joueurs qui ont faim, qui ont envie de gagner et qui ont envie de montrer au monde entier que la France doit être surtout reconnu pour son vin mais un peu pour son baseball aussi. Que ce soit les joueurs ou les coachs, nous sommes tous affamés pour ce jeu et pour la victoire. Dans le futur, Dieu seul sait ce qui nous attend mais je connais les gars et je suis sûr qu'ils s'entraînent dur, qu'ils progressent et qu'ils ont de l'appétit pour la suite.

Une délégation de la Fédération Française de Baseball était en visite à Saint-Martin en décembre pour rencontrer les responsables du baseball local. En tant qu'ambassadeur du baseball sur l'île, vous avez pris part à cette visite. Quelles sont les prochaines étapes de cette collaboration ?
La prochaine étape est de créer un plan de financement entre FFBS et le gouvernement de Saint-Martin pour construire un stade de baseball sur la partie française. Un complexe où on pourrait également avoir des infrastructures dédiées comme des cages de frappe ou des salles de musculation. Et puis dans la foulée, embaucher des coachs et des cadres pour augmenter le niveau du baseball sur l'île.


 

Yann Dalzotto avec les Templiers en 2015 !

 

Les Templiers enregistrent l'arrivée de Yann Dalzotto pour la saison 2015. L'international revient à la compétition après 1 an passé hors des terrains pour des raisons familiales et professionnelles. On retrouve l'ancien Lion très motivé à l'idée de jouer à nouveau en Division 1 et fidèle à ce brin de folie qui le caractérise. C'est le retour d'un des joueurs français les plus athlétiques et spectaculaires. (Crédit photos : 42 SI / Christophe Elise).

Yann, qu'est-ce qui vous avait poussé à mettre le baseball entre parenthèses la saison dernière ?

Je souhaitais passer plus de temps avec ma petite famille. Malgré mon travail, je tenais à voir grandir ma petite fille dès que je le pouvais. Et je ne regrette à aucun moment mon choix. Tout ce temps passé avec Sandrine, ma compagne, et Lily a été un vrai bonheur. Maintenant qu'elle a 2 ans et demi, je peux plus facilement prendre ma fille avec moi, et pourquoi pas l’emmener au bord du terrain ! La deuxième raison de cette parenthèse, c’est mon métier. J’ai dû me concentrer sur mon avenir professionnel. Je suis pompier de Paris et je me suis spécialisé en tant que plongeur. Du coup, il y a beaucoup de stage à passer et ces stages sont durs. Aussi bien au niveau théorique que physique. Je vous passe les détails mais cela demande une grosse préparation.

 

Vous revenez à la compétition après un an d'arrêt. Quelles sont les raisons de ce choix ?

La dernière saison avec Savigny-sur-Orge a été très courte pour moi. J’ai à peine joué 6 matchs au total et je me suis peu voir pas du tout entraîné. Autant dire que je reprends après deux ans d'arrêt. Le baseball me manque. J’ai envie de me prouver que je suis encore capable de faire des pirouettes ou des galipettes sur le terrain. J’ai envie de manger des graines de tournesol. Et surtout, j’ai envie d’avoir cette montée d'adrénaline lorsque je passe au bâton. J'espère pouvoir allier ma vie de famille, mon boulot, le baseball et mes  loisirs, et tout ça correctement.

 

Sur un plan personnel, quels objectifs vous fixez-vous pour la saison à venir ?

Au niveau personnel, j'espère revenir à un niveau correct. Ce qui est sûr, c’est que je donnerai le meilleur de moi-même. Mon but est de venir renforcer l'équipe en place, apporter mon énergie, mon était d’esprit. Et bien sûr, devenir champion de France, gagner le Challenge de France et bien figurer en Coupe d'Europe.


Vous n'arrivez pas totalement en terrain inconnu… Vous connaissez plusieurs joueurs sénartais, n'est-ce pas ?

Effectivement, je connais pas mal de joueurs de l’effectif. Il y a ceux avec qui j’ai joué chez les Lions comme Florian Peyrichou, Pierrick Lemestre, Christopher Morel ou encore Romain Martinez-Scott. Et puis il y a ceux que j’ai fréquentés à l’INSEP comme Julien et Matthieu Brelle-Andrade.

 

Vous avez fait preuve de polyvalence tout au long de votre carrière, même avec l'Equipe de France. Finalement, à quel poste vous vous sentez le mieux ?

Je me sens bien partout, vraiment. Et je souhaite lors de mon retour être utilisé à toutes les positions ! En champ intérieur ou extérieur. Voir même en receveur, même si je n’oublierai jamais le contact au marbre que j’ai vécu en 2007. J’ai pris un colosse de 130 kg en 2007 en pleine poire ! (NDRL : Michael Hunt, ex-joueur sénartais). Finalement, ce poste ne me fait pas peur mais dans l'équipe, il y a de grands receveurs, donc je leur laisse la place.

 

Le club des Templiers, ça vous inspire quoi?

Ca a longtemps été l'ennemi de Savigny-sur-Orge (rires) ! Sinon, le dragon bleu en peluche m'inspire beaucoup…

 

Un mot sur la saison sénartaise en 2014 ?

Belle performance les mecs, tout simplement.

 

Projetons-nous dans un an. A l'automne 2015, ce serait quoi un bon bilan pour vous ?

Avoir remporté les trois compétitions, le tout en ayant vécu des bons moments avec l’équipe. A mes yeux, l'esprit d'équipe est plus important que tout. Dans mon métier, c'est grâce à l'esprit d'équipe que l'on arrive à surmonter des épreuves difficiles. Je souhaite apporter la même chose au sein de l'équipe.

 

Et un bilan exceptionnel ?

Finir MVP ! (Rires)

Bonne2






Le site des Templiers change de look
Division 1 – L'heure du derby pour les Templiers
Matthieu Brelle-Andrade sur L'Equipe 21
La nouvelle casquette des Templiers est disponible !
La Sénart Baseball Academy ouvre ses portes en 2013

Le Monde a testé

 

Un journaliste du Monde a pris part à un entraînement au Stade des Templiers aux côtés des joueurs de Division 1. Son expérience a fait l'objet d'un article dans le journal et sur LeMonde.fr

Jacques Boucheron est de retour

Le joueur néo-calédonien de 21 ans est de retour chez les Templiers pour la saison 2013. Sa polyvalence et ses qualités athlétiques seront des atouts indéniables pour l'équipe de Jamel Boutagra. En 2012, il affichait une moyenne offensive de .391. Un journal de sa région natale consacre un article à son retour en métropole.

Dylan Mayeux, fidèle à Ssénart

 

Dylan Mayeux était convoité. Rouen et le Paris UC ont bien tenté d'attirer l'arrêt court de 18 ans mais c'est à Sénart qu'il a choisi de poursuivre sa progression.

La saison passée, le jeune joueur formé à Montigny a beaucoup évolué en 2ème base pour les Templiers. Il s'est ensuite imposé comme short stop dans la course au titre de champion de Division 1 face à Rouen, devenant sans doute, à 17 ans, l'un des plus jeunes, si ce n'est le plus jeune joueur ayant évolué à ce poste en finale.

Fort de cette expérience, Dylan Mayeux débutera la saison en tant qu'arrêt court titulaire, un poste clé, et sera associé en charnière à Florian Peyrichou, international très expérimenté. ‘Il a le talent pour stabiliser une défense, il l'a démontré en finale, assure son manager Rolando Merino. Il a envie de devenir meilleur chaque jour, il est à l'écoute des anciens, c'est aussi pour ça que je l'apprécie.’

Au cours de cette intersaison, l'international junior travaillera autant sur l'aspect offensif que défensif. Le staff sénartais attend de lui qu'il contribue aux bonnes performances sénartaises dans les deux secteurs du jeu. Avec Rolando Merino, il est entre les mains d'un des meilleurs frappeurs de l'histoire du baseball cubain.

‘Ces dernières années, notre club a misé sur des jeunes à fort potentiel, comme Dylan ou Jonathan Mottay, rappelle le président Mario Brelle. Je suis heureux de la confiance qu'ils nous témoignent. Le projet de Merino et, plus globalement, celui des Templiers, leur permettra de s'épanouir sur et en dehors du terrain.’