Archives de catégorie : Archives

Yann Dalzotto avec les Templiers en 2015 !

 

Les Templiers enregistrent l'arrivée de Yann Dalzotto pour la saison 2015. L'international revient à la compétition après 1 an passé hors des terrains pour des raisons familiales et professionnelles. On retrouve l'ancien Lion très motivé à l'idée de jouer à nouveau en Division 1 et fidèle à ce brin de folie qui le caractérise. C'est le retour d'un des joueurs français les plus athlétiques et spectaculaires. (Crédit photos : 42 SI / Christophe Elise).

Yann, qu'est-ce qui vous avait poussé à mettre le baseball entre parenthèses la saison dernière ?

Je souhaitais passer plus de temps avec ma petite famille. Malgré mon travail, je tenais à voir grandir ma petite fille dès que je le pouvais. Et je ne regrette à aucun moment mon choix. Tout ce temps passé avec Sandrine, ma compagne, et Lily a été un vrai bonheur. Maintenant qu'elle a 2 ans et demi, je peux plus facilement prendre ma fille avec moi, et pourquoi pas l’emmener au bord du terrain ! La deuxième raison de cette parenthèse, c’est mon métier. J’ai dû me concentrer sur mon avenir professionnel. Je suis pompier de Paris et je me suis spécialisé en tant que plongeur. Du coup, il y a beaucoup de stage à passer et ces stages sont durs. Aussi bien au niveau théorique que physique. Je vous passe les détails mais cela demande une grosse préparation.

 

Vous revenez à la compétition après un an d'arrêt. Quelles sont les raisons de ce choix ?

La dernière saison avec Savigny-sur-Orge a été très courte pour moi. J’ai à peine joué 6 matchs au total et je me suis peu voir pas du tout entraîné. Autant dire que je reprends après deux ans d'arrêt. Le baseball me manque. J’ai envie de me prouver que je suis encore capable de faire des pirouettes ou des galipettes sur le terrain. J’ai envie de manger des graines de tournesol. Et surtout, j’ai envie d’avoir cette montée d'adrénaline lorsque je passe au bâton. J'espère pouvoir allier ma vie de famille, mon boulot, le baseball et mes  loisirs, et tout ça correctement.

 

Sur un plan personnel, quels objectifs vous fixez-vous pour la saison à venir ?

Au niveau personnel, j'espère revenir à un niveau correct. Ce qui est sûr, c’est que je donnerai le meilleur de moi-même. Mon but est de venir renforcer l'équipe en place, apporter mon énergie, mon était d’esprit. Et bien sûr, devenir champion de France, gagner le Challenge de France et bien figurer en Coupe d'Europe.


Vous n'arrivez pas totalement en terrain inconnu… Vous connaissez plusieurs joueurs sénartais, n'est-ce pas ?

Effectivement, je connais pas mal de joueurs de l’effectif. Il y a ceux avec qui j’ai joué chez les Lions comme Florian Peyrichou, Pierrick Lemestre, Christopher Morel ou encore Romain Martinez-Scott. Et puis il y a ceux que j’ai fréquentés à l’INSEP comme Julien et Matthieu Brelle-Andrade.

 

Vous avez fait preuve de polyvalence tout au long de votre carrière, même avec l'Equipe de France. Finalement, à quel poste vous vous sentez le mieux ?

Je me sens bien partout, vraiment. Et je souhaite lors de mon retour être utilisé à toutes les positions ! En champ intérieur ou extérieur. Voir même en receveur, même si je n’oublierai jamais le contact au marbre que j’ai vécu en 2007. J’ai pris un colosse de 130 kg en 2007 en pleine poire ! (NDRL : Michael Hunt, ex-joueur sénartais). Finalement, ce poste ne me fait pas peur mais dans l'équipe, il y a de grands receveurs, donc je leur laisse la place.

 

Le club des Templiers, ça vous inspire quoi?

Ca a longtemps été l'ennemi de Savigny-sur-Orge (rires) ! Sinon, le dragon bleu en peluche m'inspire beaucoup…

 

Un mot sur la saison sénartaise en 2014 ?

Belle performance les mecs, tout simplement.

 

Projetons-nous dans un an. A l'automne 2015, ce serait quoi un bon bilan pour vous ?

Avoir remporté les trois compétitions, le tout en ayant vécu des bons moments avec l’équipe. A mes yeux, l'esprit d'équipe est plus important que tout. Dans mon métier, c'est grâce à l'esprit d'équipe que l'on arrive à surmonter des épreuves difficiles. Je souhaite apporter la même chose au sein de l'équipe.

 

Et un bilan exceptionnel ?

Finir MVP ! (Rires)

Bonne2






Le site des Templiers change de look
Division 1 – L'heure du derby pour les Templiers
Matthieu Brelle-Andrade sur L'Equipe 21
La nouvelle casquette des Templiers est disponible !
La Sénart Baseball Academy ouvre ses portes en 2013

Le Monde a testé

 

Un journaliste du Monde a pris part à un entraînement au Stade des Templiers aux côtés des joueurs de Division 1. Son expérience a fait l'objet d'un article dans le journal et sur LeMonde.fr

Jacques Boucheron est de retour

Le joueur néo-calédonien de 21 ans est de retour chez les Templiers pour la saison 2013. Sa polyvalence et ses qualités athlétiques seront des atouts indéniables pour l'équipe de Jamel Boutagra. En 2012, il affichait une moyenne offensive de .391. Un journal de sa région natale consacre un article à son retour en métropole.

Dylan Mayeux, fidèle à Ssénart

 

Dylan Mayeux était convoité. Rouen et le Paris UC ont bien tenté d'attirer l'arrêt court de 18 ans mais c'est à Sénart qu'il a choisi de poursuivre sa progression.

La saison passée, le jeune joueur formé à Montigny a beaucoup évolué en 2ème base pour les Templiers. Il s'est ensuite imposé comme short stop dans la course au titre de champion de Division 1 face à Rouen, devenant sans doute, à 17 ans, l'un des plus jeunes, si ce n'est le plus jeune joueur ayant évolué à ce poste en finale.

Fort de cette expérience, Dylan Mayeux débutera la saison en tant qu'arrêt court titulaire, un poste clé, et sera associé en charnière à Florian Peyrichou, international très expérimenté. ‘Il a le talent pour stabiliser une défense, il l'a démontré en finale, assure son manager Rolando Merino. Il a envie de devenir meilleur chaque jour, il est à l'écoute des anciens, c'est aussi pour ça que je l'apprécie.’

Au cours de cette intersaison, l'international junior travaillera autant sur l'aspect offensif que défensif. Le staff sénartais attend de lui qu'il contribue aux bonnes performances sénartaises dans les deux secteurs du jeu. Avec Rolando Merino, il est entre les mains d'un des meilleurs frappeurs de l'histoire du baseball cubain.

‘Ces dernières années, notre club a misé sur des jeunes à fort potentiel, comme Dylan ou Jonathan Mottay, rappelle le président Mario Brelle. Je suis heureux de la confiance qu'ils nous témoignent. Le projet de Merino et, plus globalement, celui des Templiers, leur permettra de s'épanouir sur et en dehors du terrain.’

 

 

Entre de bonnes mains


L’école supérieure d’Ostéopathie (ESO) est depuis 2013 partenaire des Templiers. Dans le cadre de ce partenariat,  elle met à disposition les services de plusieurs ostéopathes. Ils interviennent après chaque rencontre de championnat à domicile et ont également accompagné l’équipe lors du Challenge de France et de la Coupe d’Europe 2013.

En quelques mots, qu’est-ce que l’ostéopathie ? Il s’agit d’une méthode qui consiste à soigner par des techniques de manipulation. Elle se concentre sur l’intégralité du corps humain (os, muscles, articulations et fonctions environnantes). En France, elle est reconnue officiellement depuis 2002.

La venue des praticiens auprès des joueurs contribue à soigner d’éventuelles blessures (coups, entorses, traumatismes) mais est également préventive.  Le traitement ostéopathique permet en effet de préparer l’organisme à de futurs efforts et améliore la récupération. Les sportifs sénartais sont également orientés lorsqu’il faut réaliser une radiographie ou consulter un autre spécialiste.

Le baseball sollicite certaines parties du corps plus que d’autres, il est donc nécessaire d’adapter les soins. L’ostéopathe Esther Eskenazy qui collabore avec les Templiers le confirme : « Les joueurs ressentent des douleurs en particulier au niveau des coudes et des épaules, c’est donc principalement sur ces régions que l’on agit ».

Les membres de l’équipe qui profitent de cette médecine manuelle en ressentent les bénéfices: « Après les séances, ils nous remercient et nous confirment l’intérêt de ce suivi, poursuit Esther Eskenazy. Ca les soulage et leur permet d’être plus performant les semaines suivantes ».

L’ESO, fondée en 1990, figure comme l’une des plus grandes écoles dans l’enseignement et la formation de cette approche thérapeutique. En mai 2003, elle obtient la certification ISO 9001 pour la qualité de son organisation, de son programme et de son management.  Implantée à Champ sur Marne,  elle dispose de la plus importante clinique française (40 cabinets de consultations, plus de 25 000 consultations par an). Elle offre ainsi à ses étudiants la possibilité d’être mis en situation professionnelle, face à un grand nombre de patients.

Ce partenariat entre l’ESO et les Templiers confirme la volonté du club à être particulièrement attentif à la santé des membres de son effectif. Au même titre que les deux visites médicales annuelles et la présence d’un préparateur physique pendant le Challenge de France 2014 à Toulouse. Les joueurs sénartais bénéficient ainsi d’une prise en charge unique en France au niveau médical.


Les Templiers, premier club de jeunes en France

Le club des Templiers occupe le rang de numéro 1 en France sur les jeunes licenciés de 15 ans et moins. Avec un total de 225 licenciés, il est deuxième au classement national toutes catégories confondues.

En 2014, les résultats des Templiers ne sont pas passés inaperçus sur le terrain avec un titre de Champions de France et un Challenge de France pour l’équipe phare ou encore un Championnat Régional remporté par l’equipe 3. Il faut ajouter à ces performances sportives les statistiques historiques du club en matière de licenciés. Des chiffres qui confirment la progression de 130% du nombre de pratiquants baseball ou softball sur la ville nouvelle de Sénart depuis l’inauguration du Stade des Templiers en mai 2012.

La publication des statistiques de licenciés par la Fédération Française de Baseball révèle que le club du président Mario Brelle est désormais numéro 1 en France chez les jeunes pratiquants. On recense 99 joueuses ou joueurs de moins de 15 ans foulant chaque semaine la pelouse du Stade des Templiers, soit 6 de plus qu’à Rouen et 14 de plus qu’à Montigny-le-Bretonneux.

Au classement des clubs comptant le plus de licenciés, l’ASP Savigny Lieusaint Sénart, son nom complet, a également brillé cette année. Avec une progression de 27% du nombre de pratiquants, le club sénartais compte aujourd’hui 225 licenciés et se place au deuxième rang national. L’écart avec le club de la capitale, le Paris UC, et ses 276 licenciés se réduit malgré le bassin de population incomparable dont il bénéficie.

2014 restera définitivement dans les mémoires grâce aux prestations des équipes mais aussi au travail des nombreux bénévoles qui ont assuré tout au long de l’année l’encadrement des entraînements, l’organisation d’événements et le suivi quotidien de l’association.

Statistiques à l’issue de l’année 2014 – Source FFBS

Les plus grosses progressions en nombre de licenciés

1 La Rochelle Boucaniers // +87; +138%
2 MUC Barracudas Baseball // +53; + 37%
3 Templiers de Sénart // +47; +27%
4 Lynx d’Angoulême // +38; +172%
5 Teddy Bears de Cergy // +35; +45%

Les clubs qui comptent le plus de jeunes (15 ans et moins)

1 Templiers de Sénart // 99
2 Rouen Baseball 76 // 93
3 Cougars de Montigny-le-Bretonneux // 85
4 La Rochelle Boucaniers // 82
5 Saints Baseball Saint-Nom-la-Bretêche // 78

Les clubs qui comptent le plus de licenciés

1 PUC Baseball Softball Cricket (276)
2 Templiers de Sénart (225)
3 Cougars de Montigny-le-Bretonneux (222)
4 Rouen Baseball 76 (209)
5 MUC Barracudas Baseball (197)

P.Brelle-A. et Dubois récompensés


A l'Assemblée Générale de la Ligue IDF, Pierre Brelle-Andrade et Rodolphe Dubois ont été désignés meilleur lanceur de R1 et meilleur lanceur de R2 pour la saison 2013. Ils avaient permis à chacune des équipes sénartaises de décrocher la montée dans leur division respective.


Les Templiers récompensés

Les sénartais ont participé à la Soirée des Spiridons à Savigny-le-Temple qui récompense chaque année les sportifs de la ville ayant brillé. Les joueurs de Jamel Boutagra ont été distingués pour leur qualification en Coupe d'Europe. Les 8 internationaux du club étaient aussi à l'honneur, à commencer par Arthur Paturel (photo), champion d'Europe Espoirs.

« Un très bel honneur pour le club »

 

Trois grands noms du baseball français, Florian Peyrichou, Pierrick Lemestre et Romain Martinez-Scott, rejoignent les Templiers. Qu'est-ce que cela vous inspire ? 

Que des joueurs de ce calibre s'engagent avec nous, c'est un très bel honneur fait à notre club. Cela récompense tout le travail accompli depuis de nombreuses années par les cadres du club. En nous rejoignant, ils nous témoignent de la confiance, je les en remercie. Tout le monde au club fera en sorte qu'ils ne regrettent pas leur choix et qu'ils se sentent très rapidement comme chez eux.

 

Quelle a été la stratégie adoptée par le club ?
Une équipe se construit en fonction des critères du manager mais aussi en fonction d'opportunités. Nous n'avons pas de liens particuliers avec un pôle France. Tous les ans, nous essayons de trouver des  moyens, de nouvelles idées pour nous renforcer et rester des prétendants au titre. Pendant une période, on a lancé et utilisé le contrat de joueur professionnel. Puis plus tard, nous avons décidé de sortir de leur retraite plusieurs grands joueurs internationaux. Cette année, une opportunité s’est présentée et nous avons choisi de réunir, autour de notre projet sportif, des joueurs de Division 1 confirmés et déterminés à gagner des titres.

Pensez-vous que ces arrivées permettent à votre équipe de grandir ?
Oui, j'en suis convaincu. Notre but, à chaque inter-saison, est de construite l'équipe la plus compétitive possible. Un joueur de haut niveau veut exploiter au maximum son potentiel, devenir le meilleur sportif possible, année après année. Nous avons cette même approche à l'échelle du club. Je crois que tout le monde devrait se réjouir de notre recrutement. Nous allons, encore cette année, proposer une belle opposition à Rouen et aux autres candidats au titre, c'est bon pour la Division 1.

 

              


Comment avez-vous réussi à convaincre ces trois joueurs à s'engager sous les couleurs sénartaises ?
On n'attire pas Florian, Pierrick et Romain en agitant des billets de banque. Ce serait vraiment leur manquer de respect que de penser de cette façon. Je crois que le projet sportif de l'équipe a été déterminant. Le terme projet est parfois galvaudé, mais dans notre cas, il s'agit d'une vraie ligne directrice autour de cinq piliers qu'on aura peut-être l'occasion de présenter plus tard. Ces joueurs nous intéressaient depuis de nombreuses années. Avant même son arrivée à Savigny, alors qu'il n'avait que 16 ans, Florian Peyrichou était déjà en contact avec nous par exemple. Finalement, le timing était bon cette année.

Quelles ont été les conséquences de la décision prise par Jamel Boutagra en septembre ?
Le départ de Jamel a été un coup d'arrêt. Tant pour notre équipe de Division 1 que pour d'autres projets comme la Senart Baseball Academy. Il a fallu se réorganiser. La période n'a pas été simple mais je suis resté optimiste. Notre base est solide, notamment grâce au travail de Jamel qu'il faut souligner. Cela fait maintenant neuf saisons consécutives que nous jouons les demi-finales de Division 1. Je pense qu'on a bien mené notre barque depuis notre retour au meilleur niveau en 2004. D'autant que, contrairement à certaines idées reçues, nous ne disposons pas du plus gros budget de la D1. Pendant toutes ces années, nous n'avons pas bâti un château de cartes mais un club structuré.

Dans quel état d'esprit abordez-vous l'année 2014 ?
Avec beaucoup de sérénité et d'impatience. Les voyants sont au vert. Les collectivités nous font confiance, nous avons plus de 200 licenciés, un deuxième emploi salarié a été créé au club et  notre équipe de D1 peut nourrir de grandes ambitions. Mais il reste encore tellement de choses à améliorer, tellement de projets à mettre en place. Tant mieux, on n'a pas le temps de s'ennuyer !